Richard Hamilton (1922 - 2011)

Richard Hamilton suit des études d’art à la Royal Academy, puis à la Slade School of Fine Art de Londres, et ouvre le mouvement du Pop Art britannique au début des années 1950 avec l’Independent Group. Dès son œuvre Just What Is It that Makes Today's Homes So Different, So Appealing? Hamilton interroge la société de consommation et les mass media.

Il participe à la reconnaissance des figures du Pop Art britannique que sont David Hockney et Peter Blake et se pose comme l’un des héritiers de Marcel Duchamp, l’inventeur au début du XXe siècle des ready-made, consistant à faire d’objets manufacturés des œuvres d’art. En 1960, il publie une version typographique de la « boîte verte » de Duchamp.

Hamilton participe au Swinging London des années 1960 : il réalise une série de tirages sur l’arrestation de Mick Jagger pour possession de drogues, ainsi que la couverture et les affiches du White Album (l’Album blanc) des Beatles. A l’instar d’Andy Warhol, il fait le « portrait » de Marilyn Monroe, à partir de photos de l’icône parue dans le magazine Town en 1962 (My Marilyn, 1964).

Son œuvre est imprégnée du contexte politique de la Grande-Bretagne : pour le désarmement nucléaire unilatéral, il parodie le chef du parti travailliste dans les années 1960 ; The Citizen (Le citoyen, 1981-1983) représente Bobby Sands, membre de l’IRA (organisation paramilitaire contre la présence britannique en Irlande du Nord) et mort en prison après une grève de la faim, en Jésus.

Image Contenu

Just What Is It That MakesToday's Home So Different, So Appealing?
Richard Hamilton, 1956
© musée Kunsthalle, Tübingen, Allemagne
© R. Hamilton. All RightsReserved, ADAGP, Paris 2013 cliquer pour agrandir l'image

Just What Is It that Makes Today's Homes So Different, So Appealing?

« Au fait, qu'est-ce qui différencie et rend les foyers d'aujourd'hui si attirants ? » est créé en 1956 pour l’exposition « This is Tomorrow » où il est reproduit en noir et blanc dans le catalogue et aussi utilisé comme affiche de l’exposition. Elle fait aujourd’hui partie de la collection du musée Kunsthalle de Tübingen (Allemagne).

L’œuvre-collage est un condensé de l’attitude et l’iconographie pop. Il met en scène un homme body buildé faisant la pause dans un salon. Il tient dans la main une sucette surdimensionnée sur laquelle est inscrite « Pop ». Le titre de l’œuvre, comme l’image du salon contemporain, proviennent d’une publicité parue dans le Ladies Home Journal de juin 1955. L’homme est le vainqueur du concours Mr L.A. (monsieur Los Angeles) de 1954, une photo découpée dans l’édition de septembre de la même année du magazine Tomorrow’s Man. L’escalier, le tableau au mur, le poste de télévision... sont aussi des découpages dans les journaux de l’époque. Sur le canapé, la photo d’une pin-up ; au mur, un poster d’une bande dessinée américaine Young Romance.

Son œuvre-collage connaît immédiatement un grand retentissement. En janvier 1957, dans une lettre aux architectes Alison et Peter Smithson, il la définit comme du Pop Art, c’est-à-dire « populaire, éphémère, jetable, bon marché, produit en masse, spirituel, sexy, plein d’astuces, fascinant et qui rapporte gros ».

Publié le - Mis à jour le 27-04-2018

Recommandations