Les temples égyptiens

Le culte, c’est-à-dire l’ensemble des cérémonies et des prières destinées à honorer un dieu, se déroulait dans des temples, considérés comme les maisons des dieux.

Image Contenu

Le temple de Karnak

Les temples égyptiens, construits en pierre, étaient d’immenses bâtiments entourés par un mur d’enceinte et accessibles par une allée bordée de sphinx qui protégeaient les lieux. L’entrée monumentale se composait de deux pylônes devant lesquels se dressaient les obélisques. Elle donnait sur une cour qui menait à la salle hypostyle. La dernière pièce, le sanctuaire, abritait la statue du dieu. C’était une pièce sombre, basse et étroite.

Le rôle des prêtres

Les seules personnes autorisées à pénétrer dans le temple étaient les prêtres et le pharaon. Chaque jour les prêtres s’occupaient de la statue du dieu. Elle était purifiée — lavée et parfumée avec de l’encens — et des offrandes, destinées à nourrir le dieu, étaient déposées.

Le peuple ne pouvait la voir qu’à l’occasion de certaines fêtes. Pour leur culte, les prêtres, qui étaient placés sous la protection du pharaon, percevaient des impôts. Les temples les plus célèbres sont le temple d’Horus à Edfou, particulièrement bien conservé car il a été enfoui pendant des années sous le sable, celui d’Amon Rê à Louxor ou encore celui de Karnak.

 

Amusez-vous à déchiffrer les hiéroglyphes avec Archéocode.
Publié le - Mis à jour le 19-10-2018

Recommandations