Simone Veil, une histoire française

Decod'actu - Saison 3

Chargement de la playlist en cours...

Qui est Simone Veil ?

Le 1er juillet 2018, Simone Veil fait son entrée au Panthéon, un an après sa mort. Cette ancienne ministre de la Santé, dont le nom est resté attaché au projet de loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse, est une icône française qui a marqué la vie publique du XXe siècle.

Elle est encore adolescente quand l’Histoire vient frapper à sa porte. Le 13 avril 1944, Simone, sa mère Yvonne et sa sœur Milou sont arrêtées par la Gestapo parce qu’elles sont juives et embarquées dans des wagons à bestiaux. Direction le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Quelques semaines plus tard, sa deuxième sœur, puis son père et son frère seront également déportés. Seules Simone et ses deux sœurs reviendront des camps de la mort, en vie. 

La Shoah a détruit la famille de Simone Veil, mais pas son incroyable énergie vitale. À peine rentrée des camps, elle s’inscrit à Sciences Po, se marie, donne naissance à trois garçons. Puis convainc son mari, Antoine Veil, qu’elle n’est pas faite pour être mère au foyer. Elle s’oriente vers la magistrature et à 27 ans, prend son premier poste à la direction de l’administration pénitentiaire. 

C’est avec son entrée en politique qu’elle va marquer l’histoire de la France. Alors ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, elle est chargée de défendre la loi de dépénalisation de l’avortement en France. Le 26 novembre 1974, elle vient défendre à la tribune de l’Assemblée nationale composée à 98% d’hommes, le projet de loi. A ce moment-là, seulement 8 femmes sont députées. 

Le combat législatif est très dur : elle reçoit des milliers de lettres d’insultes et de menaces d’une violence inouïe, souvent antisémites. À l’Assemblée nationale aussi les attaques ne sont pas moins violentes. Un député fait entendre en pleine Assemblée nationale les battements du cœur d’un fœtus de huit semaines ; un autre dénonce les « abattoirs où s’entassent les cadavres de petits hommes ». Un troisième insinue qu’elle envoie des embryons au four crématoire. L’extrême-droite se déchaîne. Des croix gammées sont régulièrement taguées sur les murs de son immeuble.

La loi est finalement adoptée le 29 novembre 1974, grâce aux voix de la gauche. 

Sa carrière politique ne s’arrête pas là. Tout juste élue députée européen, elle devient en 1979 la Présidente du premier Parlement européen élu au suffrage universel.

Elle deviendra par la suite membre du Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Le 18 mars 2010 elle rentre à l’Académie française. Sur son épée d’Immortelle, elle fait graver 78651, son numéro de déportée que les Nazis avaient tatoué sur son bras gauche et qu’elle s’est toujours refusée à effacer.

Simone Veil entre au Panthéon le 1er juillet 2018. Ce monument, qui a vocation à honorer les citoyens qui ont marqué l’histoire de France, abrite entre autres les sépultures de Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, ou encore Victor Hugo. Simone Veil sera la 5e femme à avoir cet honneur, après Sophie Berthelot – inhumée avec son mari le chimiste Marcellin Berthelot, la double prix Nobel Marie Curie, et les héroïnes de la Résistance Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz. 
 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : France Télévisions

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 05-09-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac