Peut-on passer au tout énergie propre ?

Decod'actu - Saison 4

Chargement de la playlist en cours...

L'électricité verte, c'est possible ?

L’Espagne affirme pouvoir passer à 100 % d’énergies renouvelables en 2050 et la Suède souhaite renoncer aux énergies fossiles à partir de 2040. Ailleurs dans le monde, certains pays sont encore plus avancés : l'électricité est déjà propre à 95 % en Uruguay et au Costa Rica, et même à 100 % en Islande.

Qu'en est-il en France ?

Dans l’Hexagone, on est encore loin du compte. Seule 22,7 % de l'électricité est issue d’énergies renouvelables.

Il faut dire que notre pays a beaucoup misé sur le nucléaire : 71,7 % de notre électricité provient de la fission de l'atome d'uranium. L'uranium est un minerai qu'il faut extraire du sol. Ce n'est donc pas une ressource renouvelable comme le vent, le soleil, le bois issu de forêts bien gérées, ou les gaz issus de la méthanisation, c'est-à-dire de la dégradation des déchets organiques. Autre problème, les centrales nucléaires produisent des déchets radioactifs nocifs.

Comment sortir du nucléaire ?

Selon l’Ademe, il sera possible d'obtenir une électricité 100 % verte en 2050 en France. Mais cela demande de repenser totalement notre façon de produire de l’énergie et d’en consommer. Comment ? En développant massivement les divers parcs de production d’énergie pour obtenir 63 % d'éolien terrestre et maritime, 17 % de solaire, 13 % d'hydraulique, et 7 % de thermique renouvelable comme la géothermie exploitant la chaleur de la Terre.

Mais la production de ces énergies propres coûte cher et la facture des consommateurs augmenterait de 30 %. Une augmentation équivalente au mix énergétique 50 % de nucléaire et 40 % de renouvelable prévue par la loi de transition énergétique de 2015. Pour dépenser moins, il faudrait réduire notre consommation d'énergie en utilisant des appareils électriques moins gourmands. Ou en repensant la conception des bâtiments afin de limiter le recours au chauffage ou à la climatisation. 

Mais surtout, l'électricité ne constitue que 22 % de la totalité de l'énergie consommée en France. Il y a encore le chauffage, les industries, les transports comme la voiture ou l’avion, à verdir. Un chantier encore plus vaste.

Comment les pays utilisateurs d’énergies propres y sont-ils parvenus ?

Quels que soient les scenarii, les États doivent mixer différentes sources d’énergies sur leur territoire. Car les ressources renouvelables peuvent être fluctuantes : comme le soleil inexistant la nuit, ou le vent moins puissant l’été.

L’Islande, dont l’énergie est 100 % propre, s’est appuyée sur la géothermie grâce à son sol volcanique, le Costa Rica sur l’hydraulique, l’Uruguay sur une combinaison d’éolien, de solaire et de biomasse.

Une réussite écologique, mais l’électricité entièrement renouvelable pose aussi quelques problèmes : la production du matériel comme les éoliennes ou les panneaux solaires n'est pas forcément « propre ». Elle nécessite encore des minerais à extraire des sols. Et leur recyclage n'est pas encore assuré. La révolution verte est en marche, mais le chantier est loin d’être terminé.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : France Télévisions

Auteur : Cécile Bontron

Publié le - Mis à jour le 08-07-2019

Recommandations