Nucléaire, par ici la sortie !

Decod'actu - Saison 3

Chargement de la playlist en cours...

La France est une exception nucléaire. Avec 19 centrales, pour un total de 58 réacteurs qui tapissent son territoire, c’est le pays le plus nucléarisé par habitant au monde. Le nucléaire est la première source de production d'électricité, à hauteur de 77 %. Si la loi sur la transition énergétique de 2015 prévoyait d’abaisser cette part à 50 % d’ici à 2025, aucun moyen n’a, pour l’instant, été mis en œuvre pour amorcer ce virage.

Mais pourquoi vouloir ainsi diminuer la part du nucléaire ?

Pour 81 % des Français, c’est une technologie à risque. En témoigne la catastrophe de Tchernobyl ou, plus récemment, celle de Fukushima. Un rapport publié en octobre 2017 par Greenpeace et rédigé par 7 experts indépendants a également pointé du doigt les failles de sécurité des centrales nucléaires face à la menace terroriste. Quant aux déchets nucléaires, on ne sait pas les recycler et l’enfouissement ne représente pas une alternative viable. Ces déchets, nocifs du fait de leur haute radioactivité, sont un héritage empoisonné pour les générations futures.  

Face à de telles menaces, une sortie du nucléaire est-elle envisageable ? D’après une étude pilotée en 2015 par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (l’Ademe) un mix électrique 100 % renouvelable est possible en France à l’horizon 2050. La répartition serait la suivante : 63 % d’éolien terrestre et maritime, 17 % de solaire, 13 % d’hydraulique et 7 % de thermique renouvelable (y compris la géothermie). Cette projection implique de maîtriser la demande, en clair de baisser notre consommation d’électricité de 14 %. Autre condition : le coût des technologies doit continuer à diminuer. Enfin, concernant la facture - argument décisif - le mégawatheure coûterait 119 € contre 117 € si l’on maintenait le parc nucléaire à 60 % avec 40 % de renouvelables. Une différence infime.

L’étude de l’Ademe fait écho au scénario 2017-2050 de l’association d’experts Négawatt engagés dans une « transition énergétique réaliste et soutenable ». Eux-aussi, tracent l’espoir pour 2050 et sans se confiner au seul secteur électrique qui représente 20 % des besoins en énergie des Français. Comment ? En se basant sur trois supports : les économies d’énergie et la lutte contre le gaspillage, l’efficacité énergétique, enfin, les énergies renouvelables. 
Sans attendre 2050, on peut déjà verdir sa consommation d’électricité en choisissant un fournisseur d’électricité renouvelable, tel la coopérative Enercoop, Ilek, Plüm Énergie ou EkWateur.
 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : France Télévisions

Auteur : Aude Raux

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 05-10-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac