Les écrans, un danger pour la santé ?

Decod'actu - Saison 3

Chargement de la playlist en cours...

Les écrans sont omniprésents. Que ce soit pour consulter les réseaux sociaux, regarder la télévision ou un film sur son ordinateur, ou encore jouer aux jeux vidéo, rares sont les moments où nos yeux ne se posent pas sur un écran. Malheureusement, cette surconsommation n’est pas sans conséquences pour notre santé.

La sonnette d’alarme a été tirée par des médecins et des psychologues en mai 2017 dans une tribune publiée dans Le Monde. Ils alertaient sur les graves troubles du comportement et de l’attention qu’ils observent de plus en plus chez les bébés et les jeunes enfants. Selon eux, une exposition massive et précoce aux écrans empêcherait leur cerveau de se développer normalement. 

Les adultes et les adolescents ne sont pas à l’abri non plus. L’usage excessif des écrans s’accompagne globalement d’une baisse de l’activité physique. Or, cette sédentarité est un facteur de risque pour des maladies comme le diabète, l’obésité ou des problèmes cardiaques.

De plus, la lumière bleue émise par les écrans d’ordinateur, de tablette, de télévision, a un impact néfaste sur notre sommeil. Or, le manque de sommeil a des effets sur la santé physique et mentale qui sont bien identifiés : une baisse des résultats scolaires, des troubles du métabolisme, notamment une surcharge pondérale, des problèmes de santé mentale comme la dépression et l’anxiété. 

Des informations d’autant plus alarmantes que le temps d’exposition aux écrans ne fait que progresser. Les adultes passent en moyenne 5h07 minutes par jour devant les écrans, contre 3h10 il y a dix ans. Et ce, hors activité professionnelle !

Les jeunes, eux, passent 4h11 par jour devant les écrans, une heure de plus qu’il y a 10 ans. Et le pourcentage d’ados passant plus de 3 heures par jour devant un écran a explosé, en particulier chez les garçons entre 15 et 17 ans. 

D’ailleurs les Français ne sont pas dupes de leur état : selon une enquête, 72 % d’entre eux pensent qu’il serait bénéfique pour leur santé et leur bien-être de limiter le temps d’exposition aux écrans. 2/3 déclarent même se sentir dépendants ! 

Mais dans les faits, sommes nous vraiment addicts à nos écrans ? Pour l’instant les instances françaises ou internationales ont tranché : il n’y a pas de dépendance – au sens médical - aux écrans, à l’exception notable des jeux vidéos qui ont, eux, été reconnus comme addictifs par l’OMS depuis juin 2018.

Cela n’empêche pas cependant certaines personnes d’avoir un véritable comportement compulsif. C’est le cas avec les séries - le fameux binge-watching - ou les jeux vidéos : certains jeunes s’excluent du monde et ne sortent quasiment plus de leur chambre, collés à leurs écrans.
 Pareil du côté des réseaux sociaux : certaines personnes ont des usages abusifs et vérifient de façon quasi-obsessionnelle que ce qu’elles ont posté a été commenté, liké, partagé… ou encore, si elles ont de nouveaux followers.

Ce phénomène, particulièrement troublant, est mondial. Il existe cependant des moyens de se faire aider. Plusieurs hôpitaux ont ouvert des centres depuis le milieu des années 2000 pour accueillir ces personnes en souffrance.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : France Télévisions

Auteur : Arnaud Aubry

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 11-10-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac