La mer, avenir (durable) de la Terre ?

Decod'actu - Saison 3

Chargement de la playlist en cours...

« La mer pour les Français, c’est ce qu’ils ont dans le dos quand ils regardent la plage », regrettait le navigateur Éric Tabarly. Pourtant, les océans sont la promesse d’un avenir en bleu pour les êtres humains. Face à la raréfaction des ressources naturelles terrestres, l’épuisement des sols agricoles et la crise énergétique, les mers recèlent des trésors encore inexploités. Et même inexplorés : nous avons tellement tourné le dos aux océans, qu’on connaît mieux la Lune ou Mars que les fonds marins, déplore l’Organisation hydrographique internationale. Il est temps pour l’humanité de se jeter à l’eau. 

Ne serait-ce que pour une question de santé : savez-vous où les chercheurs ont, par exemple, pêché l’AZT, cet antirétroviral actif contre le Sida ? Dans le hareng ! Les mers abritent une biodiversité d’une incroyable richesse. C’est un réservoir unique de substances encore à découvrir, notamment pour lutter contre le cancer.

Autre enjeu : la nourriture, d’autant plus crucial face à la croissance démographique. Pour la FAO, le poisson est déjà l’un des produits alimentaires les plus échangés au monde. Parmi les pistes d’un futur durable : l’aquaculture multitrophique intégrée. L’idée est de recréer un écosystème complet dans lequel chaque espèce joue son rôle naturellement. Et certaines algues, riches en minéraux, pourraient devenir la salade verte de demain !

La mer nous permettra également de réaliser la nécessaire transition énergétique. Comment ? Grâce aux énergies marines renouvelables, via les usines marémotrices ou les éoliennes offshore. Quoi de plus propres et naturels que les courants, les marées, la houle, les vagues et le vent, pour produire électricité, chauffage ou climatisation ? L’avenir sera aussi à la combinaison de ces éléments : par exemple, des flotteurs captant l’énergie des vagues et des éoliennes flottantes. Les mers abritent également des réserves minérales : cuivre, manganèse, platine, cobalt, etc.  

Enfin, l’océan est le principal régulateur du dérèglement climatique. Selon le CNRS, l’océan absorbe 93 % de l’excès de chaleur dû aux émissions de gaz à effet de serre rejetés par l’homme dans l’atmosphère. Face au défi climatique à venir, ce piège à carbone sera d’autant plus essentiel. 

Encore faut-il que cet avenir en bleu soit durable. Comme le soulignait le ministre de la transition écologique, Nicolas Hulot, lors du lancement d’une consultation sur l’avenir de la mer et du littoral français : « Ne reproduisons pas, en mer, les excès qui ont eu lieu sur terre ».
 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : France Télévisions

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 13-09-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac