Le Venezuela pleure la mort de son président Hugo Chávez

Le président du Venezuela est mort mardi 5 mars 2013. À la tête du pays depuis près de 15 ans, Hugo Chávez était chéri par une grande partie de la population, surtout pour avoir été le défenseur des plus pauvres.

Commerces et écoles fermés, transports publics arrêtés, rassemblements dans les rues… le Venezuela est sous le choc de la mort de son président. Pendant sept jours, le pays fonctionnera au ralenti et portera le deuil de sa disparition. le corps d’hugo chávez, décédé hier, sera exposé dès ce mercredi 6 mars, dans le hall de l'académie militaire de caracas, la capitale, jusqu’à son enterrement vendredi. le président vénézuélien, âgé de 58 ans, est mort d'un cancer qui le rongeait depuis presque deux ans.

Chávez à la conquête du pouvoir

Hugo Chávez a conquis le cœur des vénézuéliens notamment en mettant en place un programme pour réduire la grande pauvreté de son pays. Lui-même était issu d’une famille simple : il a grandi dans une maison au sol en terre battue. Après s’être engagé dans l’armée à 17 ans, il crée son propre parti politique. Ayant pris conscience des injustices et de la corruption des dirigeants, il rêve de faire une révolution citoyenne. Ambitieux et porté par le goût du pouvoir, il organise deux révoltes (ratées) contre le gouvernement. En 1998, il est élu président.

Défenseur du petit peuple et de la nature

Vient alors l’heure des grands bouleversements pour le Venezuela : Chávez fait distribuer des terres aux paysans, des millions d’adultes et d’enfants sont alphabétisés, des centres médicaux sont ouverts dans les quartiers pauvres, des aides sont données aux plus démunis pour acheter les produits alimentaires de base… Ses actions en faveur de l’écologie font également sensation : il interdit par exemple la culture d'OGM (plantes dont on modifie les gènes, éléments microscopiques qui donnent les caractéristiques des végétaux) et la surpêche (pêche excessive qui vide les océans). Hugo Chávez devient pour beaucoup une véritable légende.

Un personnage à fois la admiré et détesté

Mais le style du président vénézuélien ne plaît pas à tout le monde. Hugo Chávez, qui aime se mettre en scène, expose ses idées politiques durant des heures à la télévision, à coup de « bonnes blagues ». Il critique les riches et attaque les États-Unis, qu’il considère comme un ennemi ; il fait et défait les carrières politiques. Ses adversaires le disent autoritaire, imprévisible, menteur et centré sur lui-même. Tyran ou bienfaiteur ? Les deux à la fois ? Quoi qu’il en soit, Hugo Chávez restera une des grandes personnalités politiques d’Amérique du Sud qui aura su transformer et marquer son pays.

Myriam Rembaut

Publié le - Mis à jour le 06-03-2013