En Grèce, des enfants souffrent de la pauvreté

Le président français se rend demain, mardi 19 février 2013, en Grèce. La crise économique a enlisé ce pays dans de nombreux problèmes. Les familles souffrent du manque d’argent, et les enfants en sont les premières victimes. Ils n’ont pas assez à manger. Certains sont même abandonnés par leurs parents, qui n’ont plus les moyens de subvenir à leurs besoins.

Image Contenu

© LOUISA GOULIAMAKI / AFP

 

En Grèce, la famille est précieuse. Il est honteux pour des parents de ne pas être capable de prendre soin de leurs enfants. Mais lorsqu’ils n’ont plus de travail, et ne peuvent plus acheter de nourriture, ils sont parfois obligés d’abandonner leurs enfants. Des églises, des écoles, des organisations humanitaires prennent alors en charge ces jeunes. Souvent, les parents ne voient plus leur enfant qu’une fois par mois. Ils ne savent pas quand ils pourront à nouveau être réunis, car ils ne sont jamais certains de garder un travail très longtemps. En Grèce, 887 personnes en moyenne perdent leur emploi chaque jour.

Des organisations en manque de moyens en Grèce

Les organisations humanitaires, commel’Unicef, font leur possible pour venir en aide à ces familles. « Nous payons des fournitures scolaires, nous mettons en place des opérations de vaccinations et nous formons des éducateurs, explique Ilias Liberis, directeur de la communication d’Unicef en Grèce. Nous soutenons également des associations, dont les finances sont aussi touchées par la crise économique. » Comme l’Etat grec fait payer des impôts aux associations, elles n’ont plus assez d’argent pour s’occuper des enfants. Avec la crise, ces organisations également reçoivent de moins en moins de dons de particuliers.

Des soins et un enseignement gratuits

Cependant, il reste quelques points positifs : « Ils peuvent donc être hospitalisés et soignés sans que leurs parents aient à payer quoi que ce soit, précise Ilias Liberis. Les traitements des enfants atteints de maladies très graves, comme le sida, sont également pris en charge par l’Etat. Grâce à cela, peu d’enfants meurent. Ils ont aussi tous la possibilité d’aller à l’école, même si ce sont des enfants venus de l’étranger ». Durant l’été 2012, l’Unicef a établit un rapport qui propose au gouvernement plusieurs mesures pour venir en aide aux enfants les plus vulnérables. « Nous poussons l’Etat à agir et à améliorer la loi en ce qui concerne les enfants, ajoute le directeur de la communication d’Unicef en Grèce. Pour nous, il est primordial de leur venir en aide. »

Valérie Petit

Publié le - Mis à jour le 18-02-2013

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac