Travail enfants en Inde, COP 24 et climat, Astérix - Le JT du 04 décembre 2018

Mon Fil Info - Le JT des ados - Décembre 2018

Chargement de la playlist en cours...

Salut tout le monde ! Bienvenue dans votre émission. Aujourd'hui, attendez que je regarde le programme : Aujourd'hui vous emmènera en Inde. On vous dira tout sur la COP24 et sur les secrets d'Astérix et Obélix.

Des enfants travaillent sur une montagne de déchets

Je vous l'ai dit, aujourd'hui Mon Fil Info s'envole en Inde. Là-bas, travailler, ce n'est pas réservé qu'aux adultes. Des millions d'enfants, qui ont moins de 14 ans, sont obligés de le faire pour survivre. A New Delhi, la capitale, certains d'entre eux font un travail très, très dangereux. Regardez.

À 8 ans, la petite Sundri n'est pas à l’école.
Depuis 2 ans tous les jours, elle travaille ici à New Delhi, dans cette montagne de déchets. Avec sa pioche elle fouille dans les détritus et ramasse des métaux.

« Je les revends. Et je gagne de l'argent  et on le donne à notre famille. »

Mais Sundri n'est pas la seule, une centaine d'enfants travaillent ici, comme elle dans un environnement toxique et très dangereux.

« Je me suis déjà fait couper là-bas, je me suis retrouvé enterré sous les déchets. »

Avec son frère, Sundri est installée dans le bidonville, juste au pied de la décharge. Leur maison c’est cette toute petite pièce. Ils l’ont équipée avec l’argent qu’ils ont gagné.

« Il y a un matelas, un sommier, et puis des vêtements, des jouets, une télé, un ventilateur. Il y a tout ! Même mon frère. »

Chaque mois, les enfants renvoient de l'argent à leur père. Et parfois, ils pensent un peu à eux.

« Elle, c’est Djanira. et elle, c’est Paris. »

Certains ont retrouvé leur place à l’école, grâce à des associations. C'est le cas de Muhammad. Avant, lui aussi triait les déchets mais il a réussi à convaincre son père de l'envoyer dans cette classe.

« Aujourd'hui mon père me dit va étudier, apprend mon fils, apprend, tu vas grandir et tu vas devenir un professeur. »Mais de nombreuses familles hésitent toujours, coincées entre le besoin d’argent et l’envie de donner un autre avenir à leurs enfants.

Climat : à quoi sert la COP24 ?  

Allez maintenant c'est à l'avenir de notre planète qu'on va s’intéresser. Depuis hier, 200 chefs de pays se sont rassemblés en Pologne pour trouver des solutions contre le réchauffement climatique. C'est grande réunion, elle a un nom : la COP24. On a demandé à un journaliste, Yannick Sanchez, de nous en dire plus là-dessus. 

Qu'est-ce qui a changé depuis la 1re COP, en 1995 ? 

La COP24, c'est la 24e fois que ces chefs d'État se rassemblent et depuis ce premier rassemblement, il y a eu des engagements pour, finalement, ne pas augmenter la température sur la planète de plus de 2 degrés. Ça fait déjà quelques années qu'il y a vraiment des indicateurs, on s'engage pour 2030, pour 2050, à être neutres sur le plan carbone. C'est-à-dire à ne plus utiliser de charbon, à moins produire de gaz à effets de serre, de dioxyde de carbone et donc à lutter contre le réchauffement climatique.

Les États-Unis ne viennent pas. C'est grave ?

Bien sûr c'est très grave parce que les États-Unis, c'est l'un des plus gros pollueurs de la planète avec la Chine, avec l'Inde, donc ça fait partie des pays qui doivent montrer l'exemple. Sinon, imaginez les plus petits pays, en Afrique, s'ils voient les plus gros pollueurs ne pas se déplacer, ils vont se dire que eux non plus n'ont pas cet effort à faire donc en réalité, la responsabilité des gros pollueurs et notamment des États-Unis est très importante.

Est-ce qu’on punit les pays qui ne font rien ?

Y'a pas vraiment de contraintes très précises. En fait il y a des indicateurs de mesures à suivre, mais c'est plutôt sur la base du volontariat. Les années précédentes par exemple, y'avait le Canada qui s'était retiré d'un accord, il n'y a pas eu de sanction. On en a beaucoup parlé mais en réalité il n'y a pas de mesures, de contraintes qui peuvent être prises contre les États.

Les petits secrets d’Astérix

Oui ça y est, le moment que vous attendiez est arrivé. Là maintenant, on va vous révéler deux trois secrets sur les irréductibles Gaulois. Astérix, Obélix et toute la bande. Et le timing il est parfait, comme ça vous serez prêt pour la sortie du nouveau film demain : « Astérix : le secret de la potion magique. » Ouvrez grand les oreilles, c'est parti !

Dans les aventures d'Astérix, les Gaulois écrasent toujours les Romains grâce à leur potion magique. Une super soupe, pour de supers pouvoirs, que les créateurs de la BD ont imaginée en pensant aux américains.

« Aux Etats-Unis, vous aviez depuis 1938, Superman, 1939, Batman qui lui n'a pas de super pouvoirs, mais disons que la potion magique c'est un petit peu l'argument super héroïque de nos gaulois à nous. »

Et y a que Panoramix qui connait la recette. Mais les spécialistes des Gaulois pensent qu'en réalité, la potion magique c'était plutôt...

« L'hydromel, c'est la boisson des Dieux donc mélange d'eau et de miel, on laisse macérer pendant à peu près un an dans une belle barrique en chêne de préférence, et ça met un petit peu la pêche quoi, ça c'est sûr. »

Côté nourriture, c'est plutôt du sangliers à tous les repas chez Astérix. Pourtant au tout début, Goscinny, le scénariste de la BD, n'en parlait pas du tout.

« Au début, les premiers tapuscrits de Goscinny faisaient plutôt mention de lapins ou de lièvres, un civet de lapin. Et ensuite dans la parution d'un pilote c'est devenu des sangliers. »

Et puis en plus, les vrais Gaulois ne chassaient pas beaucoup, alors ils risquaient pas d'en manger.

« Catastrophe Obélix. » 
« Panoramix. »

Ça fait beaucoup de X tout ça, quasiment tous les prénoms de Gaulois dans la BD se terminent comme ça. Mais ça vient d'où ?

« Vercingétorix, mais en fin de compte c'est pas vraiment un nom puisque Vercingétorix veut dire le roi suprême des guerriers. En règle général les noms masculins finissent plutôt en OS. Donc les Gaulois n'avaient pas des noms qui se finissaient en X ? Non absolument pas, non non, certainement pas. »

N'empêche que ces noms en X ont fait le tour du monde, les BD  ont été traduites en une centaine de langues. Et « L’Ultime secret de la potion magique », c'est le treizième film des aventures d'Astérix.

Mon Fil Info s'est terminé pour aujourd’hui, on se retrouve demain. Ciao !

Producteur : Play Bac Presse; France Télévisions

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 05-12-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac