Réfugiés, influenceur·se, nouvelles espèces animales - Le JT du 20 décembre 2018

Mon Fil Info - Le JT des ados - Décembre 2018

Chargement de la playlist en cours...

Salut tout le monde ! Allez, avant de donner le top départ de l'émission d'aujourd'hui, on va faire un petit tour du côté du sommaire. Et aujourd’hui on parlera ensemble de la vie des réfugiés en France, du métier d'influenceur et de nouvelles espèces d'animaux.

Sauvés en mer et accueillis en France

Ce bateau là, c'est l'Aquarius. Depuis 2016, donc en fait depuis deux ans et demi, il a permis de sauver 30 000 personnes en Méditerranée. Ces personnes, ce sont des migrants. Donc ils ont décidé de fuir leurs pays à cause de la pauvreté ou de la guerre. Aujourd’hui certains d'entre eux ont été accueillis par la France, ce sont des réfugiés.

Dans les cuisines de ce restaurant, il y a Abdel. Il a 23 ans. Avant, quand il vivait au Soudan, il était mécanicien. Et depuis 3 mois, il a un nouveau travail : il fait la vaisselle dans ce restaurant.

« J'aime ce métier parce que ça permet de parler avec beaucoup de gens et j'apprends le français plus vite. C'est très important pour moi de travailler ici à Lille. »

Ça faisait un moment que le patron cherchait quelqu'un pour faire ce boulot, mais il avait du mal à trouver. Alors quand Abdel est arrivé, ça l'a soulagé.

« Au début c'était un petit peu compliqué, et là ça fait deux mois ça se passe super bien. Il y a un dynamisme qui est incroyable, toujours le sourire, et puis une volonté de montrer qu'on sait faire et qu'on prend des initiatives. C'est un recrutement vraiment optimal. »

En dehors du travail, Abdel et les autres prennent des cours de français. Dans leur pays, au Soudan, ils parlent arabe.

« C'est difficile ? »

« Un peu, mais je vais y arriver. »

« Nous sommes très pressés d'apprendre le Français parce que c'est la clef d'entrée dans ce pays. C'est aussi pour remercier très vite ceux qui nous ont accueillis. »

Sauvés en mer et réfugiés en France, ces 42 Soudanais construisent leur nouvelle vie, loin de la guerre.

C’est quoi un influenceur ?

Allez on passe maintenant à autre chose. Bientôt ce sera la fin de l'année 2018 et un de vos réseaux sociaux préférés, Instagram, a décidé de faire le bilan. Alors le bilan de cette année 2018 c’est de l’amour, de l’amour et encore de l’amour. Pourquoi ? Parce que l'emoji qui a été le plus utilisé et bien c'est le cœur... 14 milliards de fois quand même. Tous ces cœurs, on les retrouve sous les photos des stars, des influenceurs aussi. Eux, plus ils en ont, plus ils sont populaires et donc plus ils peuvent gagner de l'argent.

Sur les réseaux, Lydie est en train de percer. Ses posts collectionnent les pouces, les cœurs et les commentaires ; son compteur d'abonnés s'affole. Ce sont des filles surtout, âgées de 13 à 19 ans et ça, ça intéresse Peau2Ouf, une grande marque beauté. Elle voit ces abonnées comme de futurs clientes.

Message privé sur le téléphone de Lydie. « Salut c'est Peau2Ouf. Je te propose un truc. Je t'offre un produit et toi, tu postes des photos de mon produit avec un com un peu sympa et un petit code promo pour tes followers. En échange, je te paye. 500 euros par photo. Ok ? » Lydie est ok.

Elle devient influenceuse. C'est un métier et comme dans tous les métiers, il y a des règles à respecter. La loi l'oblige à annoncer clairement qu'elle fait de la pub. #sponsorisé, #cequetuveux en fait, du moment que ses abonnés savent qu'elle est payée par Peau2Ouf.

La marque a contacté Lydie pour ça justement : parce que ses followers lui font confiance. Et c'est là que ça peut coincer d'ailleurs, parce qu'on ne peut jamais vraiment savoir si Lydie la mérite, cette confiance... Si elle aime vraiment tous les produits dont elle fait la pub.

Ces animaux étaient inconnus l’an dernier

Allez on termine avec un chiffre : 157. Ca, c'est le nombre de nouvelles espèces d'animaux et de plantes que des scientifiques ont découvert en 2017, donc l’année dernière. Tout ça en Asie... On vous en montre quelques-unes.

Voici Skywalker, c'est un gibbon, il fait partie de la famille des grands singes. Alors lui, il ne vient pas de Star Wars... il vit en Birmanie, tout en haut des arbres. Comme ses cousins, filmés ici au Laos.

Les chercheurs ont aussi découvert cette drôle de bête. Une belle tête blonde, la mèche en l'air, c'est une chauve-souris. Elle aussi vit en Birmanie.

Pareil pour ce poisson-chat, qui nage dans les eaux glacées des montagnes. Les scientifiques ne sont pas allés chercher bien loin pour lui donner un nom : c'est Pancake, parce qu'il a une forme de crêpe.

Chaque année, ils découvrent des dizaines d'espèces, et la liste est loin d'être terminée.

« On connaît aujourd'hui, allez grosso modo, deux millions d'espèces. On pense que le nombre réel à la surface de la planète, il est entre 6 et 10 millions. On en découvre, et on en décrit 20 000 par an.»

Ce gecko par exemple, repéré en Thaïlande. Ses deux bandes sur le museau vont jusqu'au de bout de sa queue, ça c'était du jamais vu.

Et puis il y a aussi eu ce crapaud vietnamien. C'est Elfina, comme l'un des elfes du Seigneur des anneaux. Les chercheurs l'ont appelé comme ça à cause de ses deux petites cornes sur les paupières.

On vient de les découvrir ces animaux, pourtant certains sont déjà en danger. La plupart sont menacés d'extinction.

Et voilà, Mon fil info c'est terminé pour aujoud'hui, on se retrouve demain !


 

Producteur : Play Bac Presse; France Télévisions

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 21-12-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac