Oradour-sur-Glane, internet, tyrolienne - Le JT du 11 juin 2018

Mon Fil Info - Le JT des ados - Juin 2018

Chargement de la playlist en cours...

Salut tout le monde! Aujourd'hui on est lundi... Mon Fil Info est de retour ! On ne perd pas de temps. Sommaire dans 3... 2... 1 !

D'abord on vous parlera du massacre d'Oradour-sur-Glane. Vous saurez tout sur la majorité numérique. Et on terminera par des sensations fortes. Accrochez-vous, ça va secouer !

Allez, on commence tout de suite cette émission avec de l'histoire. « Oh non » T'as dit quoi Pierre ? « J’ai rien dit... » Ouais, ouais... Je t'ai entendu. Mets-nous un petit effet au lieu de râler. Nous sommes le 10 juin 1944. A cette époque, la France est occupée par les nazis. Oui mais voilà, Hitler est en train de perdre la guerre. Du coup, ses soldats prennent la fuite, et sur leur chemin, ils détruisent le village d'Oradour-sur-Glane.

Histoire : le massacre d’Oradour-sur-Glane

Du village d'Oradour-sur-Glane, dans le centre de la France, il ne reste que des ruines. Elles ont été conservées pour que le temps n'efface pas la mémoire de cette terrible journée.

« Les femmes et les enfants, on les a rassemblés dans l'église, et on les mitraillés et brûlés vifs. Les hommes, on les a emmenés dans des granges et abattus, et puis on a mis le feu à leurs cadavres ».

« On nous a couverts de tout ce qui pouvait brûler et on a mis le feu sur nous. Je suis sorti de sous des morts et des mourants ».

Robert Hébras avait 20 ans à l’époque. Il est l'une des rares personnes à avoir survécu au carnage. Dès qu’il en a l’occasion, il raconte son histoire pour que personne n’oublie Oradour. L'an dernier, il a accompagné Emmanuel Macron et des enfants sur les lieux. 

« Quand on sort de quelque chose comme ça… T’es forcément touché. Donc lui ça se voyait qu'il était touché. Mais il arrive quand même à survivre... »

Au total, 642 personnes ont été assassinées en quelques heures. Le village a ensuite été détruit par le feu et les bombes, rayé de la carte par les soldats nazis. 

Allez maintenant j'ai un petit truc à vous apprendre sur vous... Oui oui, sur vous! Si vous avez 15 ans, et bien... Félicitations, vous êtes majeurs. Enfin, majeurs sur Internet... On est d’accord? Et oui, c’est nouveau, c'est dans la loi. On vous explique de quoi il s'agit.

La « majorité numérique », c’est quoi?

Avoir la majorité numérique, c'est être capable de gérer tes données personnelles. Être responsable des traces que tu laisses sur Internet. La loi considère qu'avant 15 ans, ça n'est pas le cas. Du coup, avant 15 ans donc, tu dois avoir l'autorisation de tes parents pour t'inscrire sur un site ou sur un réseau social.

Cette nouvelle loi n'a pas été votée pour ruiner ta vie 2.0, mais pour protéger ta vie privée. Désormais, ces sites sont obligés de te dire clairement ce qu'ils font avec les infos que tu leurs donnes : ton prénom, l'endroit où tu te trouves, les gens que tu aimes, ta photo de profil... Et ils sont aussi obligés de te demander la permission de vendre ces infos à des marques.

Et même si tu fais partie des vilains petits tricheurs qui ont menti sur leur âge, même si tu as déjà un compte sur un ou plusieurs réseaux, tu dois savoir où tu mets les pouces. Un exemple parmi d'autres : tu dois savoir que tout ce que tu fais sur les réseaux est conservé, enregistré par ces entreprises…

Allez pour terminer cette émission, on file à Dubaï aux Émirats arabes unis. Si vous aimez les sensations fortes, vous allez adorer la ville... Là-bas, une tyrolienne géante passe entre les immeubles… Moi, je peux pas regarder, j’ai trop peur ! Vas-y Pierre lance les images !

À Dubaï, une tyrolienne dans la ville

Pour ces deux cousines là, le grand saut approche. « Vérifiez que vos poches sont vides, vous ne pouvez rien emporter. Prêts ? Allons-y. »

L'ascenseur les fait grimper au 42e étage. Il en reste encore 3, à monter à pied... Et cette fois, ça y est : 170 mètres les séparent du sol. « Je suis nerveuse, mais ça va aller. Je vais simplement crier la moitié du temps. J'espère ne pas dire trop de gros mots. »

Au moment de s'équiper… la pression monte. « Vous êtes prêts ? 3, 2, 1 Go ! »

Comme prévu, la descente est bruyante... Les deux femmes glissent entre les immeubles à 80 kilomètres heure. A l'arrivée c'est le soulagement. « J'ai eu très très peur. Je pleurais littéralement. »

Bon, elles sont très courageuses... Chaque jour, 5 ou 6 candidats préfèrent abandonner quelques secondes avant de se jeter dans le vide.

Et voilà, Mon Fil Info c'est terminé pour aujourd'hui... On se retrouve ici demain pour une nouvelle émission. Ciao !

 


 

Producteur : Play Bac Presse; France Télévisions

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 15-06-2018
Je t’accompagne dans
tes révisions du bac