Le "prince rose", droits des homosexuels, nageur engagé - Le JT du 12 septembre 2018

Mon Fil Info - Le JT des ados - Septembre 2018

Chargement de la playlist en cours...

Salut tout le monde, on est partis pour une nouvelle émission. Aujourd’hui pas mal de choses au programme, regardez.

Le témoignage d'un homosexuel en Inde. Un topo sur les droits des gays dans le monde. Et un défi pour les océans.

Inde : le combat d’un prince homosexuel


Depuis une semaine en Inde, être homosexuel ce n'est plus un crime. C'est le tribunal le plus puissant du pays, la Cour suprême, qui l'a décidé. Et ça, autant vous dire que de nombreux Indiens l'attendaient depuis longtemps. A commencer par la prince rose, oui c’est un homme qu’on appelle comme ça là-bas. On vous raconte son histoire.               

Voici Manvendra Singh Gohil. Prince Mavendra Sing Gohil. Il a grandi ici, dans ce palais. Mais aujourd'hui il n'a plus le droit d'y mettre les pieds.

« Il est écrit en couverture, le prince déclare son homosexualité. »

Depuis cet article, sa famille l'a rejeté.

« Les gens en Inde pensent que l'homosexualité est une maladie. Ils pensent que c'est un trouble mental qu'il est possible de guérir. Ma mère a tout essayé. Elle m'a emmené à l'étranger, m'a fait passé des opérations, des séances de chocs électriques, pour que je change. »

Mais le prince n'a pas changé, malgré tous ceux qui le critiquent.

« Ce n'est pas un vrai homme. »

« Posez-moi n'importe quelle question, mais ne me parlez pas de ça. »

Manvendra Singh Gohil s'en fiche et continue de se battre pour aider les homosexuels. Il fait construire un refuge, pour accueillir ceux qui ont été rejetés par leur famille. Il participe aussi à des rassemblements pour les aider à s'accepter, à ne plus se cacher.

« C’est l’un des leaders les plus influents. Les jeunes le suivent et apprennent beaucoup de choses avec lui. Après son coming out, il y a beaucoup de gens qui venaient de familles modestes, qui ont décidé de faire comme lui. Ca a eu beaucoup d'impact pour eux. Ca leur a donné la confiance de déclarer leur homosexualité. »

Leur combat n'est pas terminé. Mais désormais la loi ne peut plus punir deux personnes de même sexe parce qu'elles sont ensemble.

Les droits des homosexuels dans le monde


Bon très bien, ça c’était la situation en Inde. Mais dans le reste du monde, comment ça se passe ? La réponse juste ici.

Il y a moins de 30 ans, les homosexuels étaient considérés comme des malades mentaux. Pas par ceux qui les détestaient, mais par l'Organisation mondiale de la santé. Alors ça n'est plus le cas aujourd'hui, mais ils ne sont pas les bienvenus partout. Et leurs relations sont interdites dans plus de 70 pays.

En Tunisie, ils doivent se cacher pour éviter la prison. Et dans une dizaine de pays comme le Soudan, l'Arabie Saoudite ou l'Iran, ils risquent même la peine de mort.

En France, la justice protège les homos. Elle condamne les propos homophobes, les insultes contre les homosexuels. Et puis depuis 2013, les couples de même sexe ont le droit de se marier.

Ils ont aussi le droit d'adopter des enfants, comme n'importe quel autre couple... Mais dans la réalité, pour eux, c'est compliqué. Ils disent que tout est fait pour les décourager. Et malgré la loi, de nombreuses personnes homosexuelles sont encore victimes de discriminations et d'agressions physiques.

Bon je sais pas vous, mais moi à chaque fois que je vais à la piscine, y’a un moment que je redoute - mais que je redoute ! C’est quand je vais devoir enfiler ce truc la, là ! Bah oui, on a tous l’air idiot avec ça sur la tête. La preuve. Non mais clairement… Bon ok, moi en vrai je peux m’en passer des lunettes. Mais le nageur qu’on va vous présenter maintenant, lui, il ne peut pas. Pourquoi ? Parce que d’abord, il fait pas 3 pauvres longueurs comme moi. Mais aussi parce qu'il inspecte les océans... Et ce qu'il voit parfois est carrément flippant.

 

Nager pour protéger les océans


À l'aise comme un poisson dans l'eau, mais un poisson en slip... Lewis Pugh est un nageur de l'extrême.

« J'ai nagé dans tous les océans les plus dangereux du monde. L'océan Indien, l'océan Pacifique, l'Atlantique... Dans tous les endroits de la Terre. »

Lewis nage pour dénoncer la pollution des océans, et il s'est lancé un défi : nager d'ouest en est le long des côtes anglaises. 560 kilomètres de crawl... parfois en très bonne compagnie.

Des moments magiques, mais douloureux aussi.

« J'ai une douleur ici. Une autre là et une autre ici. Ce sont des journées extrêmement difficiles. Je suis émotionnellement et physiquement épuisé. Comme toute mon équipe d'ailleurs. »

Après plus d’un mois dans l’eau à nager jour et nuit, avec quelques petites pauses quand même... Lewis a longé la côte Sud de l’Angleterre, il a réussi son pari.

« Je veux porter un message, partout et ici en Grande-Bretagne. Je veux dire que nous avons une ressource précieuse et que nous devons absolument la préserver pour toutes les générations à venir. »

Lewis l'a annoncé, il retournera bientôt à l'eau. Et il le fera tant que les océans ne seront pas mieux protégés.

Et voilà, votre émission d’aujourd’hui est terminée. On se retrouve demain avec de l’actu super fraîche. Ciao.


 

Producteur : Play Bac Presse; France Télévisions

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 13-09-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac