Jeux vidéo, femmes saoudiennes, apnée - le JT du 25 juin 2018

Mon Fil Info - Le JT des ados - Juin 2018

Chargement de la playlist en cours...

On parlera d'abord des jeux vidéo. De la vie des femmes en Arabie Saoudite. Et pour finir, on retiendra notre respiration. Ca va bien se passer, ne vous inquiétez pas. C'est parti!

L’addiction au jeu vidéo, un trouble de la santé

Pierre t'as une petite tête ce matin là… Il t’arrive quoi? J'ai pas hyper bien dormi. Toi tu as encore passé ton weekend à jouer aux jeux vidéo. Non… Non ba non… Si vous êtes comme Pierre et que vous avez un peu de mal à lâcher les manettes, méfiez-vous. Parce qu’être accro aux jeux vidéo, c'est une maladie. Alors je vous vois bien là faire : «Mais qu’est-ce qu’elle me raconte celle-là. C’est des bêtises. Mais qu’est-ce qu’elle me raconte.» Et en fait, si, si… Regardez!

Une petite partie pour se détendre, entre les devoirs et le dîner? Nous sommes 2 milliards et demi sur la planète à jouer aux jeux vidéo. Mais parfois, le plaisir devient comme une drogue. Impossible de s'arrêter pour faire autre chose.

«Dans les jeux comme dans toutes les passions, on a des personnes qui passent beaucoup de temps. Et c'est pas pour autant qu'ils sont addict. L'addict, ça voudra dire qu'il y passe beaucoup de temps, ça nuit à sa vie quotidienne, à sa vie professionnelle, à sa vie sociale... Et il n'est pas capable, malgré des efforts, de réajuster.»

Pour l'Organisation mondiale de la santé, le trouble du jeu vidéo est une maladie. 2 personnes sur 100 sont addict. Comme pour ceux qui boivent trop d'alcool, l'appel des manettes les empêche de mener une vie normale.

L'envie de jouer est tellement forte qu'ils ne prennent plus le temps de sortir voir des amis ou de dormir. Ces personnes peuvent se faire aider par un médecin ou un psychologue. Pour que le jeu vidéo ne les empêche pas de vivre autre chose. Pour qu'il reste avant tout un plaisir.

La vie des femmes en Arabie Saoudite

Allez maintenant j'ai une bonne nouvelle à vous annoncer. Vous êtes prêts? Okay je me lance! Ca y est, les saoudiennes peuvent conduire. Ca peut paraître bizarre mais effectivement, jusqu'à hier, elles n'en avaient pas le droit. Et attention, si elles le faisaient, elles risquaient même la prison. La vie des femmes en Arabie Saoudite n'a rien à voir avec la notre ici. Regardez.

L'Arabie Saoudite est une monarchie, un pays dirigé par des rois et des princes. Mais la vie des Saoudiens est organisée par la charia. A la base, c'est un modèle de conduite religieuse, un ensemble de conseils de vie mais dans ce pays, ces conseils sont devenus des règles, et elles sont appliquées de façon très stricte.

Les Saoudiennes ne sont pas les égales des Saoudiens: elles ne sont pas considérées comme des adultes. Sans l'autorisation d'un homme, leur mari le plus souvent, elles n'ont pas le droit de voyager, de travailler ou d'aller chez le médecin, par exemple. Et devant un juge, la voix d'un homme comptera toujours plus que celle d'une femme.

Récemment, Mohammed ben Salmane, le chef du pays, a pris des décisions qui donnent plus de droits aux Saoudiennes. Elles peuvent aller voir des matchs de foot par exemple, et elles pourront bientôt aller au cinéma... dans des salles réservées aux femmes.

Guillaume Néry, l’homme-poisson

Ba qu’est-ce que tu fais Mathilde? En fait, je m'entraîne à retenir ma respiration. Tu me chronomètre? Alors, combien j’ai fait? 1 seconde… Bon okay je suis nulle, carrément nulle, mais vous allez voir, certains sont beaucoup plus doués que moi. Ils peuvent rester plusieurs minutes sans respirer. 

Il descend dans les profondeurs de la Méditerranée... sans bouteille d'oxygène. Guillaume Néry est en apnée. Samedi, il a plongé avec une seule palme, une sorte de queue de poisson, et un slip de bain.

«Je voulais le faire d'une manière un peu particulière, d'une manière ultra naturelle, la plus pure possible. C'est pour ça que j'ai décidé de plonger en maillot de bain, tout simple. Pour être dans le rapport le plus brut avec l'eau.»

«105 bravo!» 105 mètres de profondeur... En 3 minutes et 10 secondes, aller-retour... Et tout ça dans une eau à 13 degrés.

«Comme l'apnée c'est une histoire de relâchement, et que le froid, le choc du froid, nous amène à nous crisper naturellement, c'est tout un travail pour arriver à conserver le relâchement, malgré le choc du froid.»

Guillaume Nery contrôle son corps. Il est capable de retenir sa respiration pendant 8 minutes. L'homme-poisson peut inspirer et garder 9 litres d'air dans ses poumons... C'est 3 litres de plus que la plupart des adultes.

Et voilà, Mon Fil Info c’est terminé pour aujourd’hui. A partir de là, nous on va tout ranger, on va éteindre les lumières. A demain! 


 

Producteur : Play Bac Presse; France Télévisions

Production : 2018

Publié le - Mis à jour le 26-06-2018

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac