L'aide alimentaire pour les plus pauvres menacée ?

Les Restos du cœur démarrent ce 26 novembre 2012 leur 28e campagne d’hiver. Le réseau des Banques alimentaires lançait les 23 et 24 novembre sa collecte nationale de nourriture dans les grandes surfaces. Avec l’entrée dans l’hiver, l’aide alimentaire reprend auprès des plus pauvres. Un service indispensable, mais menacé…

Image Contenu

C'est la 28e campagne de distribution de nourriture organisée par l'association Les Restos du cœur. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

3,5 millions de personnes bénéficient d’une aide alimentaire en France. Selon les restos du cœur, qui ouvrent ses 2 040 centres d'accueil aujourd’hui, jamais le nombre de gens accueillis par l’association n’a été aussi important. L’an dernier, les Restos du cœur sont venus en aide à 870 000 personnes en difficultés, soit 115 millions de repas distribués. À l’origine de cette forte fréquentation, toujours le même phénomène : la pauvreté, qui touche d’ailleurs de plus en plus d’enfants.

Un constat alarmant

« La pauvreté s’installe durablement dans la société française et touche les plus vulnérables », a rappelé Bernard Thibaud, le secrétaire général du Secours Catholique, la semaine dernière, au cours d’une réunion sur la pauvreté des enfants. En France, ils sont 20 % à vivre sous le « seuil de pauvreté » (une expression qui signifie que l’on ne dispose pas de suffisamment d’argent pour vivre dignement). Un constat alarmant qui inquiète bon nombre d’associations, d’autant que l’aide apportée aux plus démunis est menacée par l’Europe.

Une diminution des budgets

La Commission européenne a en effet proposé, le 24 octobre dernier, un nouveau règlement pour l’aide alimentaire, à partir de 2014. Et le budget attribué est bien en-dessous de ce qui est versé jusqu’à présent (2,5 milliards d’euros sur les sept ans à venir contre 3,5 milliards d’euros aujourd’hui). « C’est inquiétant, car cela signifie que l’on sera obligé de donner beaucoup moins à des personnes qui sont déjà en grande difficulté », explique les Banques alimentaires.

Unis pour lutter

Afin de poursuivre leur mission humanitaire, les Banques alimentaires, la Croix-Rouge française, les Restos du cœur et le Secours populaire français ont uni leurs forces. Ils espèrent qu’ensemble leur voix portera vers les chefs d’États des 27 pays de l’Union européenne. Ces derniers se réuniront au début du mois de janvier 2013 pour décider des budgets de l’Europe. En attendant, l’opération Airfood Project propose aux citoyens, petits et grands, de soutenir la démarche des associations. Il faut faire « le plus de bruit possible », lancent les Restos du cœur. « Ne faisons pas comme-ci les pauvres n’étaient plus là », ajoutent les Banques alimentaires.

Myriam Rembaut

Publié le - Mis à jour le 26-11-2012

Recommandations

Je t’accompagne dans
tes révisions du bac