L'idole des jeunes

    En 1933, Hitler est élu chancelier. La propagande nazie fonctionne parfaitement : les jeunes comptent le nombre de fois où ils aperçoivent le Führer. Pour beaucoup d’entre eux, il est l’homme providentiel. Il hypnotise les foules à chaque discours, et galvanise la jeunesse lors d’immenses rassemblements. L’endoctrinement gagne du terrain avec l’apprentissage du salut hitlérien, dès l’âge de 7 ou 8 ans, qui s’impose dans la vie quotidienne.
    La soumission et l’adulation sont telles que les hitlerjungen sautent de joie lorsqu’ils apprennent leur incorporation à la défense anti-aérienne ou à la Wehrmacht. Ils sont prêts à tout pour Hitler, même à sacrifier leur vie.
    Le 30 avril 1945, Hitler se suicide et le régime nazi cache les faits. Le choc est général, la guerre est terminée, l’Allemagne se réveille peu à peu de 12 années d’endoctrinement.
    Aujourd’hui encore, les anciens hitlerjungen restent stupéfaits de leur fanatisme et de leur aveuglement.
    Berlin, avril 1945. Le IIIe Reich vit ses derniers jours. Parmi les ultimes combattants du Führer, des adolescents, dont certains n’ont pas 15 ans.
    Ces jeunes allemands sont tous passés par la Hitlerjugend, le mouvement de jeunesse du parti nazi. Qui sont ces enfants-soldats prêts à se sacrifier pour Hitler ?
    Comment de jeunes adolescents sont pris, malgré eux, dans l’étau de l’endoctrinement, dans tous les aspects de leur vie quotidienne ?

    Les sept modules présentés ici s’adressent aux élèves de collège et de lycée.
    Ils explorent la subtilité des techniques d’endoctrinement utilisées au sein des Jeunesses Hitlériennes. Elles feront basculer ces jeunes du rêve au cauchemar, de l’illusion à la réalité.
    Production : ZED
    D’après le documentaire « Jeunesses Hitlériennes, l’endoctrinement d’une nation », de David Korn-Brzoza