Les divertissements sous Louis XIV

Publié le - Mis à jour le 27-11-2015

Comme son père et son grand-père, Louis XIV est passionné par la chasse et la pratique avec ferveur dans le domaine de Versailles qu’il a spécialement agrandi pour sa passion. Cette passion est si grande que parfois – rarement certes – Louis XIV se laisse aller en supprimant purement et simplement le conseil parce que la journée est si belle et qu’il veut en profiter pleinement pour la chasse. Le souverain s’y rend au moins trois fois par semaine. Avec le billard plus tard, cette activité forme la distraction favorite du Grand Roi. 

 

Image Contenu

 

©Christian-Milet


Lorsqu’il ne chasse pas, le roi accompagne toujours en promenade deux ou trois de ses chiennes qu’il adore et à qui il donne, avant de partir, des biscuits qu’il a mis dans sa poche à la fin de son repas. Il profite aussi de cette promenade pour manger quelques pastilles de cannelle qu’il a récupérées au dessert de son dîner. 
Louis XIV remonte généralement au palais vers dix-huit heures pour reprendre le travail chez madame de Maintenon avec quelques ministres avant de donner le signal pour les divertissements du soir.

Les divertissements, comme toute la vie quotidienne du roi, sont codifiés et interviennent à des moments précis de la journée : la chasse, la promenade – qui se tiennent généralement à partir de 15h – ou encore les divertissements du soir, avec le jeu, les bals ou encore la comédie.
Avec « l’installation » de la cour à Versailles le 6 mai 1682, s’institutionnalisent les soirées « d’appartement » qui se tiennent environ du début octobre jusqu’à Pâques et auxquelles peuvent participer les courtisans logés. 

 

Image Contenu

 

© Thomas Garnier - Salon des jeux


Par la suite, comme le prouvent les sources, il n’y aura pas de jour défini et les soirées d’appartement pourront se tenir n’importe quel jour de la semaine. Saint-Simon, dans ses Mémoires, a décrit par le menu ces divertissements :

« Ce qu’on appelait appartement était le concours de toute la cour depuis sept heures du soir jusqu’à dix, que le Roi se mettait à table, dans le grand appartement, depuis un des salons du bout de la grande galerie [le Salon de Jupiter] jusque vers la tribune de la grande chapelle. D’abord il y avait une musique ; puis des tables par toutes les pièces, toutes prêtes pour toutes sortes de jeux ; un lansquenet où Monseigneur et Monsieur jouaient toujours ; un billard : en un mot, liberté entière de faire des parties avec qui on voulait, et de demander des tables si elles se trouvaient toutes remplies. Au-delà du billard, il y avait une pièce destinée aux rafraîchissements ; et tout parfaitement éclairé. Au commencement que cela fut établi, le Roi y allait, et y jouait quelque temps ; mais dès lors il y avait longtemps qu’il n’y allait plus, mais il voulait qu’on y fût assidu, et chacun s’empressait à lui plaire. »

 

 

Image Contenu

 

Buffet dressé lors d'une soirée d'appartement

Ces divertissements sont un véritable moment privilégié entre le souverain et ses sujets, car l’étiquette est suspendue le temps de la soirée. La pratique est d’autant plus appréciée que les personnes présentes ont été préalablement et soigneusement sélectionnées – tout comme les individus qui assistent au lever et au coucher du roi –, ce qui évite la foule des grands jours puisque « Sa Majesté qui veut donner du plaisir à Sa Cour, ne veut pas qu’elle l’achète par l’embarras de la foule, toujours presque inévitable dans les grandes fêtes ».

Les « grandes fêtes » ont émaillé tout le règne de Louis XIV même si les plus célèbres se sont concentrées dans la première partie. On pense en premier lieu aux Plaisirs de l’Île enchantée. Comme le rapportent les récits officiels de la fête, ce divertissement a été organisé car la cour, après les nombreux voyages entrepris par le roi et son épouse à la suite de leur mariage, n’a pu en avoir depuis longtemps.
Dans la forme, ce divertissement se présente comme une fête privée où Louis XIV a souhaité recevoir tel un particulier se plaisant à montrer les premiers aménagements de sa résidence. Si l’annonce de cette fête s’est répandue dans le tout Paris, excitant par-là l’envie et la curiosité de s’y rendre, le public est bien déçu. Seules quelques six cents de personnes, savamment choisies par le roi lui-même dans la fine fleur de la cour, sont conviées pour assister à l’acte de naissance de Versailles comme palais des plaisirs. 

 

Image Contenu


C’est la première fois de son règne que le roi organise lui-même une fête : jusqu’alors, y compris dans ses propres résidences, il n’a été que le spectateur d’un divertissement qu’on lui offre. Au-delà de la propagande indéniable que doit susciter l’événement – lequel cherche peut-être à effacer des mémoires la somptueuse fête de Vaux qui s’est tenue trois ans auparavant chez le surintendant Fouquet – il a aussi une autre portée puisqu’il met à l’honneur Mlle de La Vallière, maîtresse du roi depuis 1661, mais non encore déclarée.

Voir aussi : 

Le rôle de la musique sous Louis XIV

 

Lully, la grande figure musicale sous Louis XIV

 

Louis XIV et La Fontaine

 

MOOC Louis XIV à Versailles
Image Contenu

Jusqu’au 4 janvier, inscrivez-vous au MOOC "Louis XIV à Versailles" réalisé par le château de Versailles, en partenariat avec Orange. 7 sessions de cours en ligne, gratuit pour parcourir la vie de Louis XIV et découvrir tous les détails, curieusement méconnus, de la journée de ce grand roi.

Voir le site

Recommandations