La légende du Hollandais Volant

Publié le - Mis à jour le 03-03-2016

1840... une côte rocheuse... la tempête : le bateau du Capitaine Daland cherche refuge dans un petit port de pêche. Bientôt il est accosté par un autre navire. Sur le pont, un homme vêtu de noir, au teint pâle, se lamente. C'est le "Hollandais Volant" condamné à errer sur les mers, à moins que l'amour d'une femme, fidèle jusqu'à la mort, ne le délivre de sa malédiction.

C'est ainsi que débute le célèbre opéra de Wagner, Le Vaisseau Fantôme, inspiré d'une oeuvre du poète allemand Heinrich Heine, elle-même inspirée de légendes remontant au XVIIe siècle. À cette époque, Hollandais et Portugais rivalisent sur les mers pour conquérir les Indes Orientales et les routes commerciales. Conditions de navigation difficiles, compétition acharnée... favorisent l'apparition de légendes. Comme celle du Capitaine Barent Fokke qui aurait vendu son âme au Diable pour être le plus rapide sur les mers. Ou encore celle du Capitaine Van der Decken qui aurait défié Dieu lors d'une terrible tempête, en essayant de doubler le Cap de Bonne-Espérance à la pointe sud de l'Afrique. Les deux capitaines sont finalement maudits, condamnés à errer éternellement sur les mers à bord de leur vaisseau fantôme... donnant naissance à la fameuse légende du Hollandais Volant.

Étrangement, de nombreux témoignages viennent étayer cette légende de vaisseau fantôme parcourant inlassablement les mers. Nombre de marins ont vu, collectivement, filer au loin un navire aux voiles déployées, rouges comme le sang. Ainsi en 1881, le futur roi d'Angleterre George V, alors âgé de 16 ans, en compagnie de seize hommes d'équipage, rapporte avoir vu apparaître puis disparaître rapidement... le célèbre "Hollandais Volant".

Alors, le Hollandais Volant, légende ou réalité ?

Ni l'une, ni l'autre, mais peut-être bien une illusion due à un mirage !

En fait, tout comme le ciel en se reflétant sur le sol nous donne l'illusion d'une flaque d'eau sur la route, le Hollandais Volant pourrait être la réflexion fugace dans les airs d'un navire situé au loin.

Les mirages ont pour origine des différences de température entre couches d'air superposées. Ils suivent un principe simple d'optique : la réfraction. Les rayons lumineux en traversant les couches d'air, du plus froid au plus chaud, sont de plus en plus réfractés (courbés), allant jusqu'à être totalement réfléchis.

deviation-rayon

Le rayon lumineux subit une petite déviation
chaque fois qu'il passe d'une couche d'air à une autre (plus chaude ou plus froide).
d'après Le Pourquoi du Comment. Libération

Lorsque la couche d'air chaud est proche du sol, comme sur une route surchauffée en été, le ciel en s'y reflétant nous donne l'illusion d'une étendue d'eau. On parle de mirage "chaud" ou "inférieur". Lorsque les couches sont inversées et qu'une couche d'air froid, située au niveau d'un océan ou d'une banquise par exemple, est surmontée d'une couche d'air chaud, la réflexion se fait dans le ciel. On parle de mirage "froid" ou "supérieur".

mirage-superieur

schéma d'un mirage supérieur
Wikipédia

Parfois mirages "froids" et "chauds" se combinent, les objets reflétés sont magnifiés, multipliés, inversés... pouvant donner naissance à de folles suppositions. Comme la découverte d'une terre nouvelle en Arctique, faite de monts enneigés, collines et vallées : la "Crocker Land", qui n'était en fait que le reflet magnifié de la banquise au loin !!

crocker-land

La Crocker Land

Au Cap de Bonne-Espérance, deux courants maritimes s'affrontent : un courant froid à l'ouest et un courant chaud à l'est. C'est un lieu de fortes tempêtes... et à plusieurs reprises, des gens disent avoir aperçu, semblant flotter dans les airs, le fameux Hollandais Volant !

Ohé, ohé, capitaine abandonné
Ohé, ohé, met des ailes à ton voilier
Sonné, sonné, les sirènes au vent salé
Sonné, sonné la dernière traversée
Capitaine abandonné, Gold

Recommandations