La banquise

Publié le - Mis à jour le 03-03-2016

"Révélateur" des changements climatiques de la Terre ? Inquiétude des uns, convoitise des autres : l'accélération de la fonte de la banquise suscite bien des réactions.

Des ours polaires en perdition dans l'océan Arctique !

Lors d'une expédition au large d'un archipel norvégien, un couple d'ours, piégé par la fonte prématurée de la banquise, a été aperçu en détresse dans l'eau glaciale : "L'un d'eux semblait mort et l'autre paraissait épuisé"... Au printemps, les plaques de glace entrent en collision avec d'inquiétants grincements et s'écartent en laissant apparaître de sinistres zigzags noirs. C'est un fait : les banquises se lézardent, se morcellent de plus en plus tôt et rétrécissent chaque été. Et ce, aussi bien dans l'océan Arctique, centré sur le pôle Nord que dans l'océan Antarctique, entourant le vaste continent Antarctique situé au pôle Sud. La situation est d'autant plus alarmante que les phénomènes peuvent se répercuter d'un pôle à l'autre : ainsi, en 2005, une violente tempête dans l'océan Arctique a créé des vagues si puissantes qu'elles ont traversé l'océan Pacifique et sont allées briser six jours plus tard un iceberg géant de l'Antarctique.

ours-polaire

l'ours blanc ou ours polaire (Ursus maritimus)
est le plus grand des mammifères terrestres et se nourrit essentiellement de phoques.
Va-t-il pouvoir rester le maître du Grand Nord ?

La banquise ou "glace de mer" est l'eau de mer qui a gelé, formant une imbrication de cristaux de glace d'eau douce et de gouttelettes d'eau très salée. Ces dernières migrent vers le bas et retournent en mer. En vieillissant, la banquise s'adoucit, d'où le dicton anglais : "seule la glace de mer de trois ans est bonne pour le thé !".

Selon les experts, depuis 30 ans, la surface de la banquise Arctique a diminué d'environ 8%, soit d'une surface égale à deux fois la France. La fonte semble s'accélérer : la couche de glace, normalement épaisse de 3 mètres en hiver et plus mince en été, a diminué de 10 à 15 % ces deux dernières années, de telle sorte qu'à ce rythme, dès 2070, la calotte glaciaire de l'Arctique pourrait même disparaître en été. Des icebergs de plus en plus nombreux se détachent de la plate-forme glacée, les ours blancs ont plus de mal à trouver leur nourriture et perdent du poids, certaines espèces marines migrent dans des zones plus nordiques. Des Inuits sont obligés de déplacer leurs maisons, le sol étant devenu instable à cause du dégel.

D'où peut provenir cette fonte qui semble inexorable ? Peut-elle être attribuée à un cycle naturel ou aux activités humaines ? Les fluctuations de l'activité solaire semblent hors de cause. Qu'en est-il de ces fameux gaz à "effet de serre" ? Des carottes de glace forées à plus de 3 km de profondeur en Antarctique informent sur leurs fluctuations cycliques remontant jusqu'à 800 000 ans. On constate que le niveau du dioxyde de carbone CO2 dépasse de 27% le maximum jamais mesuré, et que le méthane, ainsi que protoxyde d'azote N2O, ont fait un bond considérable depuis 1750. Si le réchauffement global de la Terre, chiffré à 0,6°C durant ces 30 dernières années, pousse à réfléchir, c'est surtout l'accélération récente des 2 dernières années qui est significative et incrimine l'augmentation du CO2 due à l'activité humaine.

carte-arctique

l'océan Arctique

Ces immensités de glace et de neige suscitaient jusqu'alors peu d'intérêt. Mais l'Arctique voit s'éveiller la convoitise des différents états situés autour du cercle polaire (Russie, Norvège, Danemark (Groenland), Canada, Etats-Unis (Alaska)).

En effet, la fonte au pôle Nord, en-dehors de ses conséquences dramatiques sur l'écosystème, rendrait accessible de nouvelles routes maritimes et des ressources naturelles jamais exploitées jusqu'à maintenant. D'ici 15 à 50 ans, il serait possible de relier l'Atlantique au Pacifique en passant par l'Arctique, sans brise-glace. Cela donnerait le signal de départ à une exploitation du pétrole et du gaz naturel, et à une pêche intensive dans ces zones jusque là prisonnières des glaces. Le grand projet d'un transport maritime circumpolaire fait rêver plus d'un et conduit déjà à des investissements importants des différents gouvernements.

Recommandations