Les vaccins : que doit-on en penser ?

Publié le - Mis à jour le 18-10-2017

En partenariat avec 

 

Image Contenu

 

 

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile. 

 

Image Contenu

 

À partir du 1er janvier 2018, le nombre de vaccins obligatoires va passer, en France, de 3 à 11.

 

Si, en pratique, ce changement impactera peu les familles, car les 8 nouveaux vaccins sont déjà largement délivrés, cette décision relance la polémique sur la vaccination et ses risques.

 

B1/ C’est quoi un vaccin ? Comment ça marche ?

 

“Les vaccins protègent contre des maladies infectieuses, qui sont transmises par des micro-organismes comme un virus ou une bactérie. C’est par exemple le cas de la grippe ou des hépatites.”

Les objectifs de la vaccination

  • Protéger le vacciné contre une maladie infectieuse
  • Eviter la transmission d’une maladie dans la population

Le principe de la vaccination

1 - Le vaccin introduit dans le corps une forme inactive du microbe

2 - Le corps produit des anticorps (défenses)

3 - Si le vrai microbe entre un jour dans le corps, il est reconnu par les anticorps qui l’éliminent

 

Le saviez-vous ?

Les microbes (virus ou bactéries) qui sont injectés lors d’une vaccination peuvent prendre plusieurs formes.

Ils peuvent être vivants mais “atténués, inactivés (mort), neutralisés (pas de capacité de nuisance)...

 

27% : part des décès liés aux maladies infectieuses dans le monde en 1999.

 

- C’était la 2e cause de mortalité après les maladies cardio-vasculaires (35%), et devant les cancers (14%).

 

B2/ Le point sur la défiance

 

  • Les Français, champions du monde du doute (2016)

            % de personnes en désaccord avec “les vaccins sont globalement sûrs”

 

La minute de l’OMS :

- Une couverture vaccinale de 79% ne serait pas suffisante pour assurer la protection de la population.

=> L’optimum de couverture vaccinale est atteint à partir de 85% de la population. En dessous, la vaccination n’empêche pas la formation de foyer épidémique.

 

- Comment expliquer cette différence entre la France et les autres pays européens ?

- Selon les chercheurs à l’origine de cette enquête mondiale, un cumul d’événements peut expliquer cette méfiance.

 

1/ Vaccination contre la grippe H1N1 (2009)

Face à cette souche agressive de la grippe, les autorités ont commandé 94 millions de vaccins et mis en place un plan de vaccination massif de la population.

Au final, la virulence de la pandémie a été surestimée. Moins de 6 millions de Français se sont fait vacciner. Le corps médical a également montré des réticences à se faire vacciner.

 

2/ Vaccination contre l’Hépatite B (années 90)

La campagne de vaccination contre l’hépatite B lancée dans les années 90 a été mal vécue, car on vaccinait des enfants contre une maladie sexuellement transmissible.

 

Pour aller plus loin :

Cette vaccination est faite chez les nourrissons, car c’est un âge où l’habitude de la vaccination est ancrée.

 

3/ Vaccination contre le papillomavirus humain (depuis 2007)

Ce vaccin récent, qui protège notamment contre les cancers de la gorge, du pénis, de la vulve, du vagin et du col de l’utérus, est remis en question pour avoir des effets secondaires sérieux trop fréquents.

 

B3/ Ce qui est reproché aux vaccins

 

“Les sceptiques reprochent principalement deux choses aux vaccins : leurs effets secondaires et les substances qu’ils contiennent”.

 

Les effets secondaires

- En théorie, la vaccination est une bonne chose, mais il ne faut pas oublier qu’il y a des effets secondaires.

- Oui mais le risque d’être victime d’effets secondaires est plus faible que les risques d’être victime de la maladie si la couverture vaccinale est stoppée. On parle de balance bénéfice / risque.

 

Le cas des oreillons (chiffres compilés en 2003)

  • 9 millions de vaccinés
  • 2 millions de maladies évitées
  • 317 cas de syndromes méningés (pouvant donner lieu à méningite)

 

Les adjuvants

Les adjuvants sont des substances incluses dans le vaccin qui permettent d’augmenter la réaction du corps. Ils ne sont utilisés que dans les vaccins où le virus n’est pas vivant.

Ampoule : Il n’y a par exemple pas d’adjuvant dans les vaccins contre la rubéole, les oreillons, la rougeole ou la grippe saisonnière.

 

Un débat concerne les sels d’aluminium, utilisés comme adjuvant dans certains vaccins.

=> Ils provoqueraient des lésions musculaires dans la zone d’injection et/ou des troubles du système immunitaire.

 

Ampoule :

Les sels d’aluminium figurent parmi les adjuvants les plus utilisés dans le monde, avec des centaines de millions de doses injectées depuis 90 ans.

Si des études récentes indiquent que le sel d’aluminium dans les vaccins aurait bien une toxicité, elles révèlent aussi que le nombre de complications est très faible par rapport au nombre d’injections.

 

Le rôle des labo

Pour beaucoup de spécialistes, la défiance vis-à-vis de la vaccination est liée à un manque de communication. Les politiques de santé publique ne seraient pas assez transparentes.

- Cela cache sans doute des abus, notamment avec les laboratoires pharmaceutiques…

- Pour l’instant, il n’y a pas de preuve d’agissements illégaux. Mais ce serait mentir que d’affirmer que les labo ne font pas beaucoup d’argent avec les vaccins. Selon la journaliste scientifique Lise Barnéoud, le vaccin contre les pneumocoques rapporte plus que le Viagra…

- Ah !!!! t’as vu !!! C’est ….

- Un autre sujet :) Quel que soit le prix des vaccins, cela ne remet pas en question le principe scientifique de la couverture vaccinale...

 

 

SOURCES :

Santé Publique France, La vaccination, 7 juin 2017

Slate, A l’ère de la post-vérité, les anti-vaccins “jouent avec le feu”, 11 octobre 2017

Sondage Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo publié en juillet 2017

Sciences et avenir, Vaccins obligatoire : une quarantaine de sociétés de médecine soutiennent le gouvernement, 11 octobre 2017

Le Figaro, Vaccins : se défaire des mythes au profit d’une approche plus pragmatique, 9 octobre 2017

Fakir, Vaccins : l’anti-démocratie médicale, septembre-octobre 2017

20 minutes, Vous avez posé vos questions sur les vaccins à la journaliste Lise Barnéoud, 7 septembre 2017

Le Monde, Vaccin contre les papillomavirus : les autorités européennes dans la tourmente, 9 décembre 2016

Le Monde, Etude rassurante sur les vaccins contre le cancer du col de l’utérus

Vaccination-info-service, les adjuvants vaccinaux, c’est quoi?, 1er mars 2017

Le Parisien, Aluminium dans les vaccins : “nous ne pouvons plus perdre de temps”, 22 septembre 2017

CHU Nord, présentation du Kit Vaccination de l’APBG, Philippe Minodier,

Inserm, Vaccins et vaccination

EbioMedicine, Vaccine Confidence Project (London School of Hygiene and Tropical Medicine), 9 septembre 2016

 

 

en partenariat avec
Cfactuel

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile.

Recommandations