Quelle différence entre Sida et VIH ?

Publié le - Mis à jour le 29-09-2016

Ne pas confondre VIH et Sida

Les termes VIH et SIDA ne doivent pas être employés indifféremment. En effet, toute personne vivant avec le VIH n’est pas nécessairement au stade sida. Depuis 1996, les traitements antirétroviraux permettent aux personnes de vivre longtemps et en (relativement) bonne santé. Ainsi, employer indifféremment les termes VIH et sida entretient une représentation erronée de la réalité de l’épidémie en France. Maintenir l’idée que la découverte de la séropositivité est synonyme de condamnation à mort peut avoir pour conséquence de décourager les personnes de se faire dépister et ainsi retarder leur prise en charge médicale.

Qu'est-ce que le VIH ?

Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) est le virus responsable du syndrome d’immunodéficience acquise (sida). Lorsqu’il pénètre dans l’organisme, le VIH attaque le système immunitaire qui protège le corps contre les maladies et les infections. Plus particulièrement, le virus infecte et détruit certains éléments essentiels au système immunitaire, des globules blancs, appelés lymphocytes CD4. En l’absence de traitements antirétroviraux (ARV), les défenses immunitaires chutent et l’infection évolue vers le stade sida.

 

Image Contenu

 

Qu'est-ce que le Sida ?

Le sida (syndrome d’immunodéficience acquise) est le stade le plus avancé de l’infection par le VIH. Ce stade est caractérisé par une perte progressive des défenses immunitaires et l’apparition de maladies opportunistes. En l’absence de traitements, l’organisme s’épuise rapidement. La personne décède alors de ces maladies et d’épuisement.
Pour aller plus loin, les quatre phases de l’évolution de l’infection En l’absence de traitement, le cours naturel de l’infection par le VIH peut être schématisé en quatre phases :

  • Primo-infection : la primo-infection correspond à l’invasion de l’organisme par le VIH. Pendant cette période, une réponse immunitaire destinée à combattre le virus se met en place et des anticorps sont développés. Cette phase dure quelques semaines ou mois. Le risque de transmission est très élevé durant cette période
     
  • Phase asymptomatique : durant cette phase, longue de cinq à dix ans, les personnes n’ont généralement pas de symptômes. Le virus désorganise progressivement le système immunitaire et le nombre de lymphocytes CD4 chute lentement
     
  •  Phase d’accélération : l’épuisement du système immunitaire a pour effet l’intensification de la réplication du virus. Le nombre de lymphocytes CD4 chute plus rapidement
     
  • Stade SIDA : les maladies opportunistes se développent du fait de l’effondrement du système immunitaire. En l’absence de traitement antirétroviral au stade sida, l’évolution est rapidement mortelle

Qu'est-ce qu'être séronégatif ?

Etre séronégatif (-ve), ça veut dire qu'il n'y a pas de virus VIH dans le corps. Quelques semaines après la contamination par le VIH, on devient séropositif (-ve). L'infection par le VIH peut rester invisible ou inapparente plusieurs années. Dès la contamination, les personnes séropositives peuvent transmettre le virus, mais ne présentent aucun signe apparent de la maladie. Le seul moyen de savoir si l'on est séronégatif ou séropositif au VIH, c'est de faire un test de dépistage.

Qu'est-ce qu'être séropospositif ?

Etre séropositif (ve) au VIH, c’est être porteur (se) de ce virus, même si aucun signe de la maladie n’est perceptible. Une personne séropositive peut transmettre le virus à une autre personne lors de relations sexuelles non protégées (sans préservatif), par le sang, pendant une grossesse ou l’allaitement.

En partenariat avec Sidaction
Image Contenu

Association de lutte contre le sida reconnue d'utilité publique, Sidaction a pour objectif le développement de programmes de recherche et d'aide aux malades.

Voir le site

Recommandations