Le Sida et VIH en chiffres

Publié le - Mis à jour le 29-09-2016

Données épidémiologiques monde 

Depuis le début de l’épidémie environ 78 millions de personnes [71 millions–87 millions] ont été infectées par le VIH et 39 millions de personnes [35 millions–43 millions] sont décédées de maladies liées au sida.
En 2013, 35 millions de personnes vivaient avec le VIH. Il y a eu 2,1 millions de nouvelles infections et 1,5 millions de décès dus au sida.

Les jeunes de 15 à 24 ans représentent 33% environ des nouvelles contaminations dans le monde. 
Source : Unaids 

 

Image Contenu

Données épidémiologiques France

En 2013, 5,2 millions de tests de dépistage du VIH ont été réalisés et 6 200 personnes ont découvert leur séropositivité.

Les découvertes de séropositivité par mode de contamination ont concerné :

  • 3 400 hétérosexuels (55 %)
  • 2 600 homosexuels (43 %)
  • moins de 100 usagers de drogue par voie intraveineuse (1 %)

Et par tranches d’âges : 12 % chez les personnes âgées de 15 à 24 ans et 17 % de nouvelles découvertes concernent des hommes et des femmes de 50 ans et plus. La part de cette tranche d’âge a augmenté depuis 2003 et le diagnostic est souvent réalisé à un âge tardif chez les 50 ans et plus. 
Globalement, les diagnostics tardifs (25 %) diminuent et les diagnostics précoces augmentent (39 %). La diminution du nombre de cas de sida se poursuit avec 1 200 cas en 2013 contre 1 500 cas en 2012. 

Les diagnostics de cas de sida en 2013 : 

  • 60%  de personnes ignorant leur séropositivité
  • 24% de personnes connaissant leur séropositivité mais ne recevant pas d’antirétroviral.

Les régions les plus touchées par le VIH/sida sont la Guyane, la Martinique, la Guadeloupe, l’Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-D’azur.

En France, 150 000 personnes vivent avec le VIH, et parmi elles, près de 30 000 l’ignorent. Ce qui représente une perte de chance pour les personnes concernées et un enjeu de santé publique important. Le traitement précoce améliore considérablement l’espérance de vie des personnes séropositives. De plus, le traitement réduit le risque de transmission, ce qui apporte un bénéfice en santé publique. La réduction du retard au dépistage et l’accès au traitement le plus tôt après la contamination sont les défis pour la lutte contre le sida.
Source France : Données de l’InVS publiées en décembre 2014.

 

Image Contenu

 

En partenariat avec Sidaction
Image Contenu

Association de lutte contre le sida reconnue d'utilité publique, Sidaction a pour objectif le développement de programmes de recherche et d'aide aux malades.

Voir le site

Recommandations