Le rock entre 1970 et 1980 : entre métal et psyché

Points de repères - Rock, liberté et décibels

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 25-01-2017

Le rock ne s’arrête pas aux frontières, il les ouvre en grand. Les années 1970 imposent un renouveau…encore.

Les grands groupes des années 1960 n’existent plus ou sont devenus des institutions. L’heure est aux expérimentations ; et elles vont partir dans toutes les directions. Des groupes comme les Pink Floyd, comme Velvet Underground ou les Stooges affirment faire de l’art, pas seulement du rock. On cherche de nouveaux sons, ajoute des instruments expérimentaux, on élabore de nouvelles philosophies. Les artistes ont le sentiment de devoir aller de l’avant.

Le rock progressif, psychédélique de Pink Floyd propose un spectacle complet très immersif. Il n’est plus seulement question de musique mais aussi d’image, d’expérience. On est loin des concerts d’Elvis où le chanteur se suffisait à lui seul pour assurer le show.

En 1979, The Wall est un immense concert durant lequel un mur est construit, obstruant au fur et à mesure la scène. A la fin du spectacle, le mur s’effondre.

A l’autre extrémité de cette explosion créative, le rock se durcit. Revenant à ses origines blues, on y rajoute des guitares à distorsion et une forte agressivité dans la voix : c’est la naissance du Hard Rock. Queen, Aerosmtih, Led Zeppelin, Deep Purple et bien sûr ACDC.

Le hard rock donnera lui-même naissance au heavy metal, encore plus lourd, encore plus saturé. Des groupes comme Kiss ou Mettalica vont se jeter dans l’arène…et ils pèsent lourd. 

Réalisateur : Pierre Lergenmüller

Producteur : MAD Films, Triarii Prod, Les Films de la Butte, Arte GEIE

Auteur : Pierre Lergenmüller

Production : 2016

Recommandations