Les clés de la dynastie mérovingienne

Publié le - Mis à jour le 25-11-2016

La dynastie mérovingienne, à la tête du royaume des Francs, a « tenu » jusqu'en 751 lorsque Childéric III est déposé par Pépin le Bref. Celui-ci, tout puissant maire du palais et gouvernant de fait le royaume, deviendra le premier roi de la dynastie des carolingiens.

pépin le brefstatue de pépin le bref, roi des francs. château de versailles, galerie de l'aile du Nord. ©DR

Malgré les violentes guerres de succession et les partages du royaume qui s’en suivirent, les descendants de Clovis ont su préserver l’identité du royaume des Francs. A la mort de Clovis, au début du VIe siècle, le royaume est partagé entre ses quatre fils : Thierry Ier, Clodomir, Childebert Ier et Clotaire Ier. Il est réunifié en 558 par Clotaire Ier qui, à nouveau, le partage entre ses cinq fils en 561. Progressivement, trois grandes entités territoriales –la Neustrie (nord-ouest de la France actuelle), l’Austrasie (territoires de l’Est) et la Bourgogne- se dessinent au sein du royaume, l’Aquitaine prenant son indépendance. Clotaire II, petit-fils de Clotaire Ier, parvient à reformer le royaume des Francs en 613. Accalmie dans les guerres de succession : Caribert et Dagobert, les deux fils de Clotaire II, se disputent l’héritage, mais Caribert, et le fils de celui-ci Childéric, meurent prématurément. Le bref règne de Dagobert Ier (629-639) est une période de paix relative et la plus brillante de la dynastie des mérovingiens. Dagobert se fait enterrer à la basilique Saint-Denis qu’il a fait construire et qui deviendra le cimetière des rois de France. 

Crise économique, querelles familiales dans la dynastie, absence d’administration centrale et pouvoir d’une aristocratie de grands propriétaires : commence, après la mort de Dagobert, la période qui sera appelée plus tard celle des rois fainéants. L’aristocratie foncière prend le pouvoir avec la fonction de maires de Palais, en Neustrie, en Austrasie et en Bourgogne. Celle d’Austrasie prend l’ascendant sur les autres avec son maire de palais, installé à Paris, Pépin de Herstal, à partir de 690. De Pépin de Herstal jusqu’à Pépin le Bref en 751, la « dynastie » des Pippinides exerce une sorte de régence du royaume des Francs. Charles Martel, fils de Pépin de Herstal, est la figure centrale des Pippinides : pacification du royaume franc, arrêt de la conquête musulmane par la victoire sur les Omeyyades à la bataille de Poitiers en 732, réforme militaire. A la mort en 721 de Childéric II qui ne laisse aucun héritier, Charles Martel sort un mérovingien d’un monastère pour en faire un roi sans réel pouvoir, Thierry IV. Celui-ci meurt en 737, il faudra attendre sept ans pour que le fils et successeur de Charles Martel, Pépin le Bref, place sur le trône vacant un dernier représentant de la dynastie mérovingienne, Childéric III.

Pour en savoir plus sur le Moyen Âge, découvrez :

Recommandations