France 5

France 5 en direct

France 5 en direct

04:20 > 05:45 Toutankhamon, secrets de famille

Rechercher
menu
Histoire des maths : chronologie

Histoire des maths : chronologie

Publié le - Mis à jour le 10-02-2016
style

Vers 18 000 avant J.-C. : Origine

pendeloque gravée de figures géométriques

Pendeloque gravée
de figures géométriques

Apparition des premières formes de mathématiques. Les systèmes sont très rudimentaires et ne font que prouver que les hommes utilisent des aides à la numération. Ces premiers marqueurs démontrent le besoin d’une abstraction progressive qui va conduire à la naissance de la discipline.

 

style

1640 avant J.-C. : Le Papyrus Rhind

Le scribe égyptien Ahmes recopie le Papyrus Rhind. C’est le plus ancien document de mathématiques connu. Il se compose de problèmes résolus dans deux différentes branches de la discipline : l’arithmétique et la géométrie. Nous y trouvons la première approche de la constante π (= 3,160).

 

le théorème de thalès

Le théorème de Thalès

style

VIe siècle avant J.-C.

Vers 590 avant J.-C. : Thalès

Thalès fonde la discipline « géométrie ». De geo et metron¸ qui signifie la mesure de la Terre. Il décrit les principales caractéristiques du triangle, notamment que tout angle inscrit dans un demi-cercle est toujours un angle droit.

Vers 540 avant J.-C. : Pythagore

Pythagore et les Pythagoriciens. Les mathématiques sont alors considérées comme l’expression d’un idéal de pensée. Des travaux mettant en relation les formes et les nombres font développer les connaissances en géométrie et amener à la découverte des nombres irrationnels.

 

style

Vers 300 avant J.-C. : Euclide

Euclide écrit Les éléments. Premier traité de mathématiques qui décrit en 13 volumes la somme des connaissances de l’Antiquité en mathématiques. Il pose la méthode du théorème énoncé puis démontré. C’est, après La Bible, le livre qui connu le plus grand nombre d’éditions (plus de 1000).

 

géométrie d'euclide, parties et multiples, équivalence de léonard de vinci (1452-1519)

géométrie d'Euclide, parties et multiples,
équivalences de Léonard de Vinci (1452-1519)

style

628 après J.-C. : Brahmagupta

Brahmagupta définit le 0 dans le Brahma Sphuta Siddhanta (« La révision du système idéal »). Brahmagupta, mathématicien indien (598-660), définit dans ce traité d’astronomie le zéro comme la soustraction d’un nombre par lui-même (a - a = 0). Il définit également qu’un nombre multiplié par zéro est égal à zéro.

 

style

825 après J.-C. : Al Khawarizmi

comparaison entre les chiffres dits arabes et les chiffres indiens

Comparaison entre les chiffres
dits « arabes » et les chiffres indiens

Al Khawarizmi écrit Al-jabr wa’l-muqâbalah. Ce livre dont le titre signifie « La transposition et la réduction », constitue le premier traité d’algèbre. Les Occidentaux tireront d’ailleurs le mot algèbre d’Al-jabr. Le livre de ce mathématicien persan à l’origine du mot « algorithme » constitue une somme d’informations considérables sur l’étude des sinus et surtout sur la résolution d’équation de premier et de second degré. Il faut noter que cet ouvrage ne comprend aucun chiffre, tout est écrit littéralement !

 

style

1202 : Fibonacci

fibonacci (1175-1240)

Fibonacci (1175-1240)

Fibonacci publie le Liber abaci (« Le livre de calcul »). Fibonacci (1175-1240) était un commerçant et un grand voyageur italien, originaire de Pise. Il va écumer la mer Méditerranée, et ses contacts avec les Arabes notamment, vont l’amener à utiliser leurs connaissances en mathématiques. Dans ce traité, il utilise pour la première fois les chiffres indo-arabes. Il réalise également dans cet ouvrage un exercice de calcul, appelé la suite de Fibonacci, où il comptabilise l’évolution de couples de lapins sur une année. De ces travaux, il établit une relation entre cette progression et le nombre d’or. Par ce traité, il entame le processus du renouveau scientifique européen qui va s’épanouir durant la Renaissance.

 

style

1424 : Al Kashi

traité d'arithmétique composé pour le sutan mehmed iii

traité d'arithmétique
composé pour le sultan Mehmed III

Al Kashi approche π dans Risala a-muhitiyya (« Le traité du cercle »). Ce mathématicien persan parvient à calculer le rapport de la circonférence à son rayon, c'est-à-dire 2 × π. Ces connaissances sur le langage décimal lui permette de définir la meilleure approximation alors jamais atteinte : 2 × π = 6,2831853071795865... Pendant deux siècles, personne ne parviendra à une telle approximation.

 

style

XVIIe siècle

1637 : Descartes

blaise pascal (1623-1672)

Blaise Pascal (1623-1672)

Descartes écrit La Géométrie et Le Discours de la méthode. Le premier ouvrage va poser les bases de la géométrie analytique. Il « invente » également le repère en plan où l’on peut noter les coordonnées en abscisses et en ordonnées. Le second ouvrage s’attache davantage à la philosophie, mais aura une influence considérable sur les méthodes scientifiques ; en effet, les démarches adoptées vont devenir avant tout déductives.

1642 : La Pascaline

Pascal construit « la Pascaline », première machine à calculer mécanique. Cet objet, que l’on peut toujours voir à Clermont-Ferrand, a été offert par le jeune Pascal à la reine Christine de Suède. Cet outil, encore rudimentaire, souligne tout le génie aussi bien théorique que pratique de Pascal qui fera, au cours des années suivantes, avancer la discipline.

1684 : Leibniz

leibniz (1646-1716)

Leibniz (1646 -1716)

Leibniz édite dans les Acta eruditorum de Leipzig sa Nova methodus pro minimis et maximis (« Nouvelle méthode pour les infinitésimaux »). Dans cet article, il annonce qu’il est parvenu à percer le secret du calcul infinitésimal, le plus grand enjeu du XVIIe siècle, à l’aide du calcul différentiel, c'est-à-dire par l’usage des dérivées. Cette annonce sera à l’origine d’une des plus grande polémique scientifique de l’histoire, car Newton affirmera en effet être le premier à avoir trouvé la méthode de calcul des infinitésimaux. Newton avait, certes, entamé ses recherches depuis 1666, mais il n’a publié ses résultats qu’en 1693. Si l’on ajoute à cela que les deux hommes ont correspondu ensemble entre 1670 et 1680, il apparaît bien difficile de dire lequel de ces deux grands mathématiciens peut s’accorder la paternité de cette découverte.

 

style

1748 : Euler

Euler rédige Introductio in Analysin infinitorum. Le célèbre mathématicien suisse effectue une synthèse des connaissances mathématiques de son temps. En plus de travaux sur la fonction exponentielle et le nombre e, Euler va fixer définitivement la notation π d’après la lettre grecque et il notera i la racine carrée de -1.

 

style

1863 : Dedekind

richard dedekind (1831-1916)

Richard Dedekind (1831 - 1916)

Dedekind et Die Vorlesungen über Zahlentheorie (« Conférences sur la théorie des nombres »). Le mathématicien énonce sa théorie des nombres, notamment sur les nombres réels, sur les nombres rationnels et sur les nombres irrationnels. Il ouvre la voie aux notations modernes des ensembles de nombres. Alors que l’affrontement idéologique entre nations caractérise la fin du XIXe et le début du XXe, Dedekind montrera une très grande ouverture d’esprit relativement aux travaux d’autres mathématiciens contemporains (Gallois, Cantor, Peano).

 

style

1994 : Andrew Wiles

Andrew Wiles démontre la conjecture de Fermat. L’un des plus grands mystères de l’histoire des mathématiques est résolu, après plus de trois siècles de recherches. Même s’il apparaît que Fermat ne pouvait pas démontrer sa conjecture par manque de connaissance dans la théorie des nombres notamment, Wiles est parvenu à confirmer l’affirmation de Fermat. Cet évènement prouve à quel point la discipline est en mouvement, c'est-à-dire inscrite au cœur de l’histoire des hommes.

 

 

Recommandations

kangourou Résultats du Kangourou des mathématiques 2016

Résultats du Kangourou des mathématiques 2016

Accédez aux résultats du concours du Kangourou des mathématiques par élève ou par établissement. La...

article Histoire des mathématiques

Histoire des mathématiques

Qui a utilisé le zéro en premier ? Quelle est la contribution des Arabes en mathématiques ?...

article Mathématiques : le nombre pi

Mathématiques : le nombre pi

Plus que tout autre nombre, π renvoie à la facette la plus célèbre et peut-être la plus fascinante...

video Image par défaut

Simplex ou comment les Maths peuvent nous simplifier la vie : la bande-annonce

SIMPLEX est une web-série d’animation et un jeu type "runner" destinés aux ados. Elle nous...

article Le tournant rationaliste du XVIIe siècle dans l'histoire des maths

Le tournant rationaliste du XVIIe siècle dans l'histoire des maths

Descartes Après les progrès de la Renaissance dans le domaine du calcul intégral, l'Occident va se découvrir un...

article Les maths : les ensembles de nombres

Les maths : les ensembles de nombres

Au fil de l'histoire, les mathématiciens ont progressivement pris conscience qu'il existait une infinité de nombres, de natures...

article Mathématiques : le nombre e

Mathématiques : le nombre e

Pour comprendre ce nombre irrationnel, il est utile tout d'abord de comprendre l'histoire de l'émergence de son besoin. Au...

article Bibliographie sur l'histoire des mathématiques

Bibliographie sur l'histoire des mathématiques

Vie et oeuvre des grands mathématiciens AUDIRAC Jean-Louis Ed. Magnard, Coll. Témoignages pédagogiques 1990 Histoire...

topic Histoire des mathématiques

Histoire des mathématiques

Qui a utilisé le zéro en premier ? Quelle est la contribution des Arabes en mathématiques ?...

article La conjecture de Fermat

La conjecture de Fermat

La conjecture de Fermat (aussi improprement appelée « grand théorème de Fermat ») enseigne à quel point l'histoire de la...