L'œuvre d'Alexandre Dumas

Publié le - Mis à jour le 28-08-2017

Des romans-feuilletons

 

dumas à son bureau

 

Les œuvres majeures de Dumas, Les Trois Mousquetaires et Le Comte de Monte-Cristo, ont d’abord été publiées sous forme de feuilleton, faisant même d’Alexandre Dumas, un maître du genre. Cette caractéristique, propre au XIXe siècle, permet aussi de mieux comprendre ces œuvres. En effet, la durée imposée pour chaque épisode du feuilleton, mais aussi la nécessité d’une fin en suspens, contribuent à créer un rythme qui tient le lecteur en haleine au fil des jours.

Véritable machine à succès, le roman-feuilleton a permis à la presse de se développer en attirant de nouveaux lecteurs, mais aussi de démocratiser la lecture et de fournir aux écrivains un revenu régulier. Alexandre Dumas est l’un des chefs de file de ce nouveau genre, avec notamment Eugène Sue, Frédéric Soulié et Balzac. Très critiqué à l’époque, le roman-feuilleton apparaît comme une littérature populaire, qui a néanmoins laissé à la postérité de grands noms.

Pour en savoir plus, lire « du roman feuilleton au roman de cap et d’épée », une conférence de gérard gengembre, professeur de littérature française du xixe siècle à l'Université de Caen.

 

Les Trois Mousquetaires (1844)

D’abord publié dans le journal Le Siècle, puis édité en livre, il constitue l’exemple type du roman de cape et d’épée. Dumas l’adapta au théâtre, puis proposa des suites : avec Vingt ans après, et Le Vicomte de Bragelonne, ils forment une trilogie.

« — C’est avec Monsieur que je me bats, dit Athos en montrant de la main de d’Artagnan, et en le saluant du même geste.
— C’est avec lui que je me bats aussi, dit Porthos.
— Mais à une heure seulement, répondit d’Artagnan.
— Et moi aussi, c’est avec monsieur que je me bats, dit Aramis en arrivant à son tour sur le terrain.
— Mais à deux heures seulement, fit d’Artagnan avec le même calme. »

Lire : Les Trois mousquetaires ; Vingt ans après ; Vicomte de Bragelonne. 1 / Alexandre Dumas
Source : Bibliothèque nationale de France

 

Le Comte de Monte-Cristo (1845)

Egalement publié en feuilleton, ce roman constitue avec la trilogie des Mousquetaires, l’une des œuvres les plus connues de l’écrivain. Edmond Dantès représente l’archétype même du héros vengeur.

« Mercédès ouvrit la porte du cabinet, et elle avait disparu avant qu'il fût revenu de la rêverie douloureuse et profonde où sa vengeance perdue l'avait plongé. Une heure sonnait à l'horloge des Invalides quand la voiture qui emportait Mme de Morcerf, en roulant sur le pavé des Champs-Élysées, fit relever la tête au comte de Monte-Cristo.

“Insensé, dit-il, le jour où j'avais résolu de me venger, de ne pas m'être arraché le cœur !” »

Lire : Le comte de Monte-Cristo, par Alexandre Dumas. Source: Bibliothèque nationale de France

 

Qui a écrit Les Trois Mousquetaires ?

caricature d'alexandre dumas

 

Le mythe de l’écrivain dans sa tour d’ivoire n’existe pas avec Alexandre Dumas. La plupart de ses romans sont écrits avec l’aide de « nègres littéraires », ce qui a permis à nombre de ses détracteurs de lui dénier la paternité de ses œuvres. Eugène de Mirecourt l’accuse même dans un pamphlet intitulé : Fabrique de romans : Maison Alexandre Dumas et Cie (1845), d’avoir monté une industrie dans laquelle il exploite des auteurs et signe en leur nom.

 

Quelle est la valeur de ces accusations ?

Il est indéniable que les grands chefs d’œuvre de Dumas ont été écrits grâce au concours de collaborateurs tels qu’Auguste Maquet, célèbre pour avoir contribué à l’écriture de la trilogie des Mousquetaires et du Comte de Monte Cristo. Si celui-ci participait à la trame principale du roman, puisqu’il écrivait un premier jet et effectuait les recherches historiques, c’est à Alexandre Dumas que l’on doit le rythme, les péripéties, le style enfin, que l’on connaît et qui ont fait d’œuvres comme les Trois Mousquetaires, un succès immense. Les œuvres que Maquet a rédigées seul (La Belle Gabrielle, Dettes de cœur), ne sont pas passées à la postérité.

Il faut noter également que le recours à des nègres littéraires était une pratique très courante à l’époque. Difficile donc de prétendre que Dumas n’est pas l’auteur d’une œuvre dont il a choisi l’intrigue et qu’il a nourri de sa verve. Difficile aussi, d’oublier l’implication de ces auteurs anonymes qui ont contribué au succès de ces romans.

Recommandations