D'une idéologie nazie à un génocide

Publié le - Mis à jour le 13-02-2015

A la fin des années 20, l'Europe se modernisait. La télévision était inventée, la médecine faisait de rapides progrès, le téléphone, la radio et les actualités cinématographiques informaient sur ce qui se passait dans le monde, presque en direct. Les pays européens, comme l'Allemagne et l'Autriche, connaissaient une vie culturelle très riche et très active. La musique, les arts, la littérature, l'architecture, la sociologie et la psychologie étaient en plein essor.

ideologie-nazie-shoah

Mais la ruine de l'Europe, causée par la Première Guerre mondiale et renforcée par la crise économique mondiale de 1929, plongea dans la pauvreté un grand nombre de personnes. En 1933, l'Allemagne, comme l'Italie en 1925, porta au pouvoir des dirigeants fascistes qui proposaient des solutions radicales.

Le parti nazi, abréviation de Parti national-socialiste, arriva au pouvoir. Les nazis gouvernèrent en prônant la haine et la xénophobie, et en favorisant un climat de peur. Leur postulat était que tous les individus n'étaient pas égaux, qu'il existait des groupes "supérieurs" et "inférieurs".

Ils estimaient que certains individus, particulièrement les juifs, se situaient au bas de l'échelle humaine et étaient des êtres dangereux qu'il fallait éliminer physiquement : c'est la "solution finale", mise en place en 1942.

Ces idées ont conduit au plus grand massacre systématique qu'ait connu l'humanité. Plus de dix millions de personnes, dont près de six millions de juifs, furent tuées, au cours de ce que l'on nomme l'holocauste, également appelé shoah, mot hébreu signifiant "catastrophe".

Contenus extraits de l'ouvrage De la discrimination à l'extermination HISTOIRE DE L'HOLOCAUSTE Clive A. Lawton Gallimard Jeunesse

Recommandations