L'évolution de la mode : symbole de l'émancipation des femmes des années folles

Paris, années folles

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 03-10-2016

La vie audacieuse de Kiki de Montparnasse fait figure d’exception. Car pour l’écrasante majorité des femmes, la vie d’artiste se limite aux arts ménagers. Les inventeurs rivalisent de créativité pour proposer à ces dames des machines « révolutionnaires », comme la machine à laver le linge ou la vaisselle.

Vu par les hommes, l’émancipation des femmes est un excellent programme…tant qu’on ne dépasse pas le seuil de la cuisine.

A l’époque les françaises n’ont pas encore le droit de vote. Elles sont soumises à l’autorité absolue de leurs maris et ne peuvent travailler que si celui-ci les y autorise. La femme est avant tout une mère au foyer.

Pourtant, quelque chose est en marche. Lentement mais inéluctablement. Car les femmes ont goûté pendant la guerre à une forme d’indépendance, quand les hommes étaient au front et qu’il fallait faire sans eux.

Malgré toute l’inertie de la société, il n’est pas question pour elles de revenir en arrière. Jambes nues, cheveux courts ; ce nouveau style n’a rien de futile. La mode travaille alors à l’émancipation des femmes.

Symbole de leur asservissement jusqu’au début du 20e siècle, le corset est définitivement abandonné. C’est au couturier parisien Paul Poiret qu’on doit d’avoir libéré la femme de cet instrument de torture, et d’un coup, changer sa silhouette. Autour de Poiret, toute une génération de créatrices fait de Paris la ville de la haute-couture ; et de la parisienne, une figure fascinante.

Les femmes du monde s’arrachent les robes de Jeanne Lanvin ou d’Elsa Schiaparelli.

Mais une nouvelle révolution attend la parisienne. Et c’est encore à une femme qu’elle la doit : Coco Chanel. La styliste dessine une petite robe noire tout simple. Avec Coco Chanel, la couleur du deuil devient celle d’une élégance moins tape-à-l’œil. La femme des années folles se découvre un nouveau genre.

Et puis, il y a cette fameuse coupe de cheveux, une coupe au carré qui est un véritable acte politique. Les femmes qui la portent sont baptisés « les garçonnes », parce qu’elles ont décidé de s’octroyer les droits réservés jusque-là aux hommes. La coupe garçonne est bien plus qu’une mode : c’est le symbole des années folles. 

Réalisateur : Fabien Beziat

Producteur : Program 33

Production : 2012

Recommandations