Episode 4- Rage. Apocalypse, la 1ere guerre mondiale

Publié le - Mis à jour le 24-03-2014

1917 : le tournant de la guerre

Alors que les grandes puissances se battent sans relâche depuis 3 ans, une série de changements importants s'opèrent.

Face aux carnages à répétition, des mutineries éclatent dans les rangs de toutes les armées.  Mais la guerre n'affecte pas que les soldats, les troubles gagnent aussi l'arrière.

Ceux-ci conduisent la Russie à la révolution.

Mais cette année charnière marque aussi l'entrée des États-Unis dans le conflit.

Au loin, la paix se profile.

Vent de révoltes sur l'Europe

À la ville comme au front, l'effort de guerre se transforme en lassitude et en colère.  La malnutrition cause des milliers de morts parmi les civils. Les conditions de travail sont déplorables. Des usines se mettent en grève.

En Russie, le régime de Nicolas II est à bout de souffle. Une ferveur révolutionnaire s'empare de la population.

La révolution russe

Début 1917, des mutineries éclatent dans les rangs russes, qui comptent déjà 1,5 million de morts.

Le 23 février, des femmes manifestent contre la guerre et la faim à Saint-Pétersbourg.

Les étudiants, les ouvriers puis la garnison de la capitale se rangent alors à leurs côtés.

La révolution russe est en marche.

Le 15 mars 1917, Nicolas II abdique.

Le tsar, alors en résidence surveillée, demande l'asile politique à son cousin Georges V, le roi des Anglais.

Par crainte d'une contagion révolutionnaire dans son pays, celui-ci refuse.

 

Effet boule de neige

L'Empire austro-hongrois vacille à son tour.

 

  • La moitié de son armée a été décimée.
  • Des velléités d'indépendance se manifestent parmi ses peuples.
  • La population est affamée par le blocus.

 

Face à la fragilité de la situation, le nouvel empereur Charles 1er veut faire la paix avec la France et le Royaume-Uni.

La paix inacceptable

Alertée de cette tentative de paix séparée, l'Allemagne menace d'envahir son allié puis propose à son tour un arrêt des hostilités, à condition de garder ses conquêtes ( Belgique, Nord de la France, Alsace-Lorraine). 

 

L'Allemagne déclare la guerre siys-marine à outrance

En Allemagne, l'agitation sociale gronde et les grèves se multiplient.

Face à ces tensions et au rejet de leurs propositions de paix par les Alliés, les dirigeants allemands sont convaincus que la voie de la paix passe par une victoire.

Pour cela, leurs sous-marins devront couler tous les navires de commerce ennemis et neutres au large de la Grande-Bretagne.

Vaincre et vite!

En coupant les voies d'approvisionnement et de renfort logistique, les Allemands pensent contraindre le Royaume-Uni à capituler.

Le 1er février 1917, 150 sous-marins allemands sont mis en service.

Cette nouvelle stratégie expose l'Allemagne à un conflit avec les États-Unis.

En 3 semaines, 134 bateaux alliés et neutres sont coulés par les forces allemandes.

 

Les Etats-Unis entrent en guerre

 

La guerre en Europe a amené la prospérité aux États-Unis, notamment grâce aux exportations. De par leur politique isolationniste, les Américains restent opposés à la guerre. Mais le président Woodrow Wilson souhaite que son pays joue un rôle important dans le monde qui va naître de ce conflit. Il a besoin d'un prétexte pour entrer en guerre.

Le déclenchement

Les États-Unis découvrent que les Allemands financent les Mexicains pour créer des troubles dans le sud du pays.

Le président Wilson retourne alors l'opinion publique et convainc le Congrès de voter la guerre.

Le 6 avril 1917, les Américains partent rejoindre les Alliés en Europe.

La guerre devient mondiale

Les États-Unis n'ont pratiquement pas d'armée.

Ils ne peuvent aligner que 125.000 hommes.

Pour renforcer ses rangs, ils lancent d'urgence une campagne de recrutement.

Alors que sur le front des Flandres les chefs s'entêtent dans des offensives sanglantes, l'arrivée des  Américains va soulager Français et Britanniques.

 

Recommandations