1918 : l'heure des traités

Publié le - Mis à jour le 15-02-2016

La Première Guerre mondiale marque une catastrophe sans précédent dans l’histoire de l’Europe et du monde. Les pertes humaines sont énormes, le vieux continent sort ruiné du conflit, militaires et civils sont durablement traumatisés par l’expérience de la guerre.

La Première Guerre mondiale se traduit par une "grande saignée" dont l’Europe mettra des années à se remettre. Le conflit a fait 10 millions de morts, essentiellement des militaires, dont 1,7 million d’Allemands et 1,3 million de Français. Ce chiffre représente une moyenne de 900 morts français chaque jour. 6 millions de combattants sont très sérieusement blessés. Parmi eux, les "gueules cassées" souffrent de terribles mutilations au visage.

D’autre part, l’immense majorité des pertes ayant concerné des hommes jeunes (de 19 à 40 ans), la Première Guerre mondiale a entraîné des séquelles démographiques profondes : déséquilibre hommes/femmes et vieillissement conséquent de la population.

Le déclin économique de l'Europe

L’Europe sort ruinée de la guerre et perd sa suprématie financière au profit de pays dont le territoire et l’économie ont été épargnés (Etats-Unis, Japon). Les Alliés ont contracté des dettes énormes auprès des Etats-Unis. Des régions entières sont dévastées : les départements du Nord et de l’Est de la France, bassins sidérurgiques et houillers traditionnels, sont durement touchés. Si aucun combat ne s’est déroulé sur son sol, l’Allemagne se voit imposer des remboursements énormes (132 milliards de marks-or) par le Traité de Versailles.

traite-versailles

 

Troubles et révolutions

La fin de la Première Guerre mondiale ouvre une période d’instabilité qui durera jusqu’au milieu des années 20. Quatre empires (Autriche-Hongrie, Allemagne, Russie et Turquie) s’effondrent, entraînant révolutions et redéfinitions des frontières. L’émergence de l’Union soviétique bouleverse l’équilibre géopolitique européen.

Une crise morale

Enfin, la Première Guerre mondiale aboutit à une remise en cause des valeurs occidentales. Le modèle européen qui dominait le monde est contesté par des pays neufs comme les Etats-Unis, le Japon ou encore la jeune Union soviétique. Le ressentiment des nations vaincues, exploité par les partis extrémistes (fasciste en Italie, nazi en Allemagne), sera l’une des causes de la Seconde Guerre mondiale.

Recommandations