Des expériences singulières à la laïcité - Le continent américain

Publié le - Mis à jour le 27-05-2015

En Amérique du Nord, les Etats- Unis et le Canada, l’un et l’autre Etats fédéraux et pays d’immigration, ont défini, chacun selon son génie propre, les relations entre les Eglises et l’Etat.


Les Etats-Unis

Selon le premier amendement « Le Congrès ne pourra faire aucune loi ayant pour objet l’établissement d’une religion ou interdisant son libre exercice ». Il s’agit de la théorie du « mur » qui traduit un principe d’abstention, de stricte neutralité du législateur fédéral. En application de ces dispositions, la puissance publique fédérale s’interdit de subventionner les écoles religieuses. En dépit des pressions de certains Présidents ou de certains parlementaires, la prière demeure interdite dans les écoles publiques. 
Cependant, ces références, ne permettent pas d’inclure les Etats- Unis dans la maigre cohorte des Etats laïques. La raison première tient au caractère fédéral du système politique américain. Pour la Cour suprême, les droits exprimés dans le Bill of Rights ne concernent les citoyens qu’en tant que citoyens des Etats-Unis en non point des Etats fédérés. Or, la plupart des constitutions des cinquante Etats fédérés font une référence explicite à Dieu. La séparation américaine constitue essentiellement une garantie pour les religions. A cela s’ajoute un phénomène particulièrement marqué d’imprégnation religieuse qui s’exprime avec constance dans les discours des responsables politiques. « In God we trust », c’est par cette formule, inscrite sur les billets de banque, que le dollar a diffusé, à travers le monde l’image d’une Amérique assurée de sa puissance et de ses certitudes. Les églises ont, très tôt, pris la mesure du champ d‘intervention que leur conférait le premier amendement.


Le Canada

Dès l’origine, la tolérance religieuse, entre catholiques et anglicans, s’affirme comme une composante essentielle de la culture politique canadienne. Ceci a conduit à l’émergence d’une laïcité implicite, reposant sur une abstention financière de l’Etat à l’égard des Eglises, la liberté de conscience et de religion étant, par ailleurs, garantie. L’existence d’un attachement au respect des libertés individuelles, et notamment de la liberté religieuse, a conduit au développement d’ « accommodements raisonnables », formule qui recouvre la faculté offerte aux autorités publiques ainsi qu’aux entreprises privés d’aménager les règles générales applicables afin de tenir compte de l’exercice de leurs droits par les personnes appartenant à des minorités, notamment religieuses.


Le Mexique

Le cas du Mexique semble proche du modèle français. Même anticléricalisme, qui, dès le XIXe siècle, permet de construire une réalité séparatiste. Même logique d’affrontement après que la hiérarchie catholique ait apporté son soutien au coup d’Etat de 1913. Même affirmation d’une éducation laïque.
Cependant l’Etat, dominé par le Parti Révolutionnaire Institutionnel, s’est comporté moins en gardien de l’ordre public qu’en véritable régulateur de l’activité des Eglises. La récente défaite du parti dominant s’est accompagnée d’une forte remobilisation de l’Eglise catholique qui tente de regagner une partie de son influence.


Le Brésil

Moins connue est la situation qui prévaut au Brésil. Dès l’accession du pays à l’indépendance, en 1822, est affirmée la liberté de conscience et de culte. Même si la religion catholique reste encore religion d’Etat, une pratique tolérante permet aux cultes minoritaires de se développer librement. C’est la Constitution républicaine de 1891 qui organise la séparation des Eglises et de l’Etat. Elaborée sous l’éclairage des idées du siècle des Lumières et de la philosophie positiviste d’Auguste Comte, dont l’on retrouve l’influence jusque dans la devise du pays, elle n’est pas la conséquence d’un combat anticlérical. Une telle réalité n’a pas fait obstacle au maintien d’une profonde religiosité, souvent syncrétique, de la société brésilienne.

en partenariat avec La ligue de l'enseignement

Laïque et indépendante, la Ligue de l’enseignement réunit des hommes et des femmes qui agissent au quotidien pour faire vivre la citoyenneté en favorisant l’accès de tous à l’éducation, la culture, les loisirs ou le sport. Des centaines de milliers de bénévoles et plusieurs milliers de professionnels se mobilisent, partout en France, au sein de près de 30.000 associations locales et d’un important réseau d’entreprises de l’économie sociale.

Recommandations