Lumière sur les effets de l’écran

Publié le - Mis à jour le 13-11-2017

En partenariat avec 

 

Image Contenu

 

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile. 

Image Contenu

 

C’est un vif débat dans la population et même au sein de la communauté scientifique : dans quelle mesure peut-on exposer les enfants aux écrans ?

Pour les adultes et la télévision, le problème a été étudié, mais pour les enfants ou encore pour les nouvelles technologies, des incertitudes subsistent.

B1/ Les adultes et la télévision

“Chez l’adulte, la consommation régulière et excessive de télévision est néfaste.”

Temps passé en moyenne par les Français devant la télévision : 3h50

Ampoule : 2017 est la première année où la télé n’est plus en tête des loisirs !

L’impact d’une exposition trop élevée à la télévision chez l’adulte est aujourd’hui accepté :

  • Population qui ne regarde pas la télévision vs Population qui regarde au moins 6h / jour : + 5 ans d’espérance de vie

Explication donnée :

Plus de télévision => activité sédentaire => moins d’activité physique => augmentation du risque de maladies cardiovasculaires.

Temps passé en moyenne par les Français devant ordinateur, smartphone, tablette : 4h

- En partant de ce raisonnement, l’impact des outils numériques devrait être également mauvais, non ?

- Oui probablement, mais aucune étude ne le confirme encore…

B2/ Les adolescents et les jeux vidéo

“Chez l’adolescent, c’est la pratique excessive du jeu vidéo qui inquiète.”

La démocratisation des jeux vidéo à domicile est assez récente et il n’existe pas encore de consensus sur leur impact. Néanmoins, certains effets sont déjà connus :

Effets sur le cerveau

  • Épaississement de la zone du cerveau associée à l’addiction
  • Production de dopamine, associée elle aussi à certaines addictions

D’un côté, cela tend à montrer qu’il existe bien une dépendance aux jeux vidéo, mais de l’autre, ces phénomènes peuvent apparaître dans d’autres cas. Par exemple : quand on écoute une chanson qu’on aime bien, on produit de la dopamine !

Impacts sociologiques et psychologiques

Étude PELLEAS (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies) :

La consommation excessive de jeux vidéo est significativement associée à :

  • La dépressivité
  • La probabilité de redoublement

ATTENTION

Cette étude met en avant des facteurs corrélés à la pratique du jeu vidéo, mais ils ne sont pas nécessairement la conséquence de cette pratique !

Ex : L’intensité des précipitations est très corrélée à la vente de parapluies, et pourtant la vente de parapluie n’a aucun impact sur le climat :)

Oppositions

Yann Leroux, psychanalyste, membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines :

  • Lorsque l’on observe un impact psychologique chez un joueur de jeu vidéo, il est souvent lié à un autre trouble (familial, personnel…)
  • L’addiction à une pratique est difficile à définir : certains sont-ils accros à la lecture ?

- Et puis les jeux vidéo peuvent aussi être bénéfiques aux joueurs !

- Ah oui ?

- Oui, certaines études mettent en avant leur pouvoir pédagogique ou encore leurs effets positifs sur la capacité d’analyse ou même la vue !

Certains jeux vidéo ont même été créés pour soigner les dépressifs ou les victimes de la maladie de Parkinson !

B3/ Les enfants

“En plus des problématiques partagées avec les adultes, ce qui inquiète de nombreux spécialistes, c’est l’impact que peuvent avoir les écrans sur le développement de l’enfant.”

Études

1/ Télévision

Linda Pagani, chercheuse en psychopathologie, a publié 2 études confirmant le lien entre consommation élevée de télévision chez les 2-5 ans et :

  • Mauvais résultats scolaires
  • Surpoids
  • Agressivité

Les enfants étaient suivis, dans ces 2 études datant de 2010 et 2016, jusqu’à l’âge de, respectivement, 10 et 12 ans.

2/ Smartphones et tablettes

Pour l’instant aucune étude aboutie n’a pu démontrer l’impact de ces nouvelles technologies sur le développement.

Ampoule

De nombreux médecins mettent régulièrement en garde contre d’autres effets néfastes de la surexposition aux écrans, en particulier des troubles du spectre autistique (retards de développement, agitation, agressivité...) pour les enfants de 0 à 4 ans.

Mais ces conclusions sont pour l’instant basées sur leur propre pratique, aucune étude scientifique n’a encore été produite à ce sujet.

Une partie de la communauté scientifique met en avant les bienfaits des écrans interactifs (où l’enfant est actif) sur le développement du jeune enfant :

“Les tablettes favorisent le développement d’une intelligence intuitive ; les enfants tentent des actions, et reproduisent celles qui fonctionnent.”

Serge Tisseron, psychanalyste, rédacteur de l’avis de l’Académie des Sciences “L’enfant et les écrans”

Recommandations et avis

Rapport de l’Académie des Sciences

Entre 0 et 2 ans : aucun écran non-interactif (où l’enfant est passif) mais une tablette, utilisée avec un parent peut être bénéfique au développement.

2 à 6 ans : Au maximum 2h par jour d’écrans

Adolescents : Dans la plupart des cas, un trouble psychologique d’un joueur de jeu vidéo est lié à un autre trouble.

American Psychological Association

0-18 mois : pas d’écrans sauf des conversations vidéo

18-24 mois : Uniquement des programmes de qualité et jamais seul

2 à 5 ans : 1h / jour au maximum

6 ans et plus : “limites cohérentes”

Maxime Juramy

SOURCES

eMarketer, Media Time Will Tilt Digital in France in 2017

British Journal of Sports Medicine, Television viewing time and reduced life expectancy: a life table analysis, Août 2011

OFDT, Écrans et jeux vidéo à l’adolescence, Décembre 2014

Le Monde, Yann Leroux : “Il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéo”, 27/03/2009

Slate, L'addiction aux écrans, maladie grave chez les enfants de 0 à 4 ans, 06/06/2017

Académie des Sciences, L’enfant et les écrans

Le Monde, Laisser les enfants devant les écrans est préjudiciable, 08/02/2013

American Psychological Association, Digital Guidelines: Promoting Healthy Technology Use for Children

L’Obs, L'étude qui va vous dissuader d'exposer vos enfants aux écrans, 25/10/2016

Le Monde, "L'exposition à la télévision retarde le développement de l'enfant de moins de 3 ans", 20/11/2009

Archives of Pediatrics and Adolescent Medecine, Prospective Associations Between Early Childhood Television Exposure and Academic, Psychosocial, and Physical Well-being by Middle Childhood

Indoor air, Prospective longitudinal associations between household smoke exposure in early childhood and antisocial behavior at age 12.

American Psychological Association, Can You be Addicted to the Internet?

 

en partenariat avec

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile.

Recommandations