Relative pauvreté

Publié le - Mis à jour le 04-10-2017

 

Image Contenu

 

 

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile.

 

Image Contenu

 

 

Contexte : Le 14 septembre, le Secours Populaire publiait un baromètre de la pauvreté en France. L’association constate une “explosion” du nombre de personnes venant demander de l’aide.

Face au drame de la précarisation et du décrochage social, que signifie être pauvre aujourd’hui ? La réponse est loin d’être évidente.

La pauvreté, c’est quoi ?

Selon la définition du Conseil européen, en 1984, sont considérées comme pauvres « les personnes dont les ressources (matérielles, culturelles ou sociales) sont si faibles qu’elles sont exclues des modes de vie minimaux acceptables de l’État membre où elles vivent ».

- Cette définition ne permet pas de mesurer statistiquement la pauvreté !

Le calcul de l’Insee

Pour mesurer la pauvreté, l’Insee détermine un « seuil ».

=> Ce seuil est équivalent à 60% du revenu médian, soit, en 2015, 1 015 € par mois. Les personnes gagnant moins sont considérées comme “pauvres”.

LSV : Le revenu médian, à ne pas confondre avec le revenu moyen, qui est la moyenne de tous les revenus – partage la population étudiée en deux parties égales : il y a autant de Français au-dessus du revenu médian, qu’en-dessous.

De quoi parle-t-on ?

Ces 1 015 € correspondent à la totalité des revenus disponibles pour une personne par mois (salaire, chômage, prestations sociales, etc.). On parle de “niveau de vie”.

Pour calculer le niveau de vie d’un individu au sein d’un foyer, la notion d’unité de consommation (UC) est utilisée :

Un adulte compte pour une UC, les autres personnes du foyer de plus de 15 ans pour 0,5 unité chacun.

Un enfant de moins de 14 ans compte pour 0,3 unité.

Ex : 2 parents et 2 enfants de moins de 14 ans constituent 1+0,5+0,3+0,3 = 2,1 unités de consommation

Pour obtenir ensuite le niveau de vie du ménage, on fait la somme des revenus, que l’on divise par le nombre d’UC.

PAPL : La statistique utilise la notion d’UC, car le regroupement de deux individus au sein d’un ménage ne correspond pas aux charges de deux ménages individuels. Par exemple, en cuisinant pour deux personnes, on utilise moins d’électricité que pour cuisiner deux fois pour une personne.

La pauvreté ainsi définie touche 14,2 % des Français.

Donc si vous gagnez le SMIC (1 149 € nets), vous n'êtes pas forcément “pauvre” ; et ce même si vous habitez tout seul à Paris et que votre loyer est de 700 €.

 Pauvreté et pauvreté

« Ce calcul de la pauvreté est critiqué car, pour certains, il ne prend pas en compte toutes les dimensions du problème. »

Le calcul de l’Insee correspond à une “mesure monétaire relative”. Il est critiqué car :

=>la pauvreté est mesurée en fonction de toute la population.

Par exemple : si les riches deviennent moins riches, le revenu médian et donc le seuil de pauvreté vont baisser. Il y aura donc statistiquement moins de pauvres, alors que leur situation n’aura pas changé.

=> les comparaisons entre pays ne sont pas pertinentes.

Par exemple : un pays "A" où l'ensemble des habitants a le même niveau de vie (600 € par mois) sera considéré comme ayant 0 % de taux de pauvreté, tandis qu'un pays "B" de même niveau de vie moyen où l'habitant le plus pauvre a un niveau de vie de 1 000 €, mais où il existe de plus fortes inégalités, pourrait avoir par exemple un taux de pauvreté de 20 %.... Pourtant, les non-pauvres du pays "A" seraient tous pauvres dans le pays "B" !

La pauvreté peut aussi se mesurer autrement :

=> Utiliser la mesure monétaire absolue

Par exemple, aux USA, le seuil dépend du minimum nécessaire pour se nourrir. S’il faut au minimum 300$ par mois pour manger correctement, le seuil de pauvreté est alors fixé à 900 $ (3 fois plus).

=> la mesure de la pauvreté en tant que privation (ou “mesure en conditions de vie”). Seront considérées comme “pauvres” les personnes qui sont privées de certains biens et services.

Ex : Selon Eurostat, une personne est pauvre si elle n'a pas accès au minimum à 4 de ces 9 biens/services/capacités :

  • Etre capable de payer son loyer ou son emprunt hypothécaire
  • Pouvoir chauffer suffisamment pour son logement
  • Partir une semaine en vacances par an
  • Manger une fois tous les deux jours un repas avec viande, poisson ou équivalent végétarien
  • Faire face à des charges financières imprévues
  • Avoir un téléphone (y compris le téléphone mobile)
  • Avoir un téléviseur couleur
  • Avoir une machine à laver
  • Avoir une voiture

Ampoule : Les questions étant les mêmes pour l'ensemble des pays d’Europe, une comparaison internationale est alors plus facile qu'avec la notion de pauvreté relative (qui dépend du revenu médian du pays).

La France, mauvais élève ?

« Selon la mesure prise, les résultats peuvent changer. »En prenant en compte la notion de privation calculée par Eurostat, "seulement" 4,5% des Français sont alors considérés comme pauvres, contre 14,2% selon l’InseeMais si on applique le calcul réalisé par l’Insee, l’Espagne et la Bulgarie sont dans la même situation. Ce qui ne reflète pas la réalité des deux pays.

L’évolution dans le tempsSelon Eurostat, la pauvreté régresse en France depuis 2004.

Selon l’Insee, la pauvreté progresse en France.

En réalité, le taux calculé par l’Insee reflète surtout que les plus riches sont encore plus riches. Ce qui fait grimper le revenu médian et par conséquent le seuil de pauvreté. Ce n’est pas forcément la pauvreté qui progresse, mais bien les inégalités.

Indice de Gini :

C’est un indicateur synthétique d'inégalités de salaires (de revenus, de niveaux de vie...). Il varie entre 0 et 1. Il est égal à 0 dans une situation d'égalité parfaite où tous les salaires, les revenus, les niveaux de vie... seraient égaux. A l'autre extrême, il est égal à 1, dans une situation la plus inégalitaire possible, celle où tous les salaires (les revenus, les niveaux de vie...) sauf un seraient nuls. Entre 0 et 1, l'inégalité est d'autant plus forte que l'indice de Gini est élevé.

Cet indicateur progresse en France depuis les années 90.

 

SOURCES :

Captain Economics, Etes-vous pauvre ? Mesures de la pauvreté et impact sur le taux de pauvreté, 17 juin 2015

Eurostat, taux de privation matérielle grave

Observatoire des inégalités, Les seuils de pauvreté en France, 12 décembre 2017

Mediapart, Le taux de pauvreté en France est désormais supérieur à celui des Etats Unis… 14 septembre 2017

Insee, Niveaux de vie en 2015, 12 septembre 2017

Le Monde, Une personne sur sept sous le seuil de pauvreté en France : comment comprendre ce chiffre, 8 septembre 2016

Les Echos, Éradiquer la pauvreté, une ambition pour la France, 27 juin 2017

Les Echos, la pauvreté prend racine en France, 14 septembre 2017

Secours Populaire, 11e baromètre Ipsos.SPF 2017, 14 septembre 2017

Slate, Comment mesure-t-on la pauvreté ? (et quelle est la différence avec la précarité ?) 10 juin 2015

Contenu : Pierre Silvain
Graphisme : Boris Chabilan

 

 

en partenariat avec
Cfactuel

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile.

Recommandations