Chargement de la playlist en cours...

Retraites, un système à bout ?

Decod'éco - Saison 1

Publié le - Mis à jour le 11-05-2017

Un Français passe environ 25 ans de sa vie à la retraite. Mais cela va-t-il durer ? Notre système de retraites, créé en 1945, est un système dit par répartition : c’est-à-dire que les pensions des retraités actuels sont payées par les cotisations des actifs d’aujourd’hui. Ce système repose donc sur le principe de solidarité entre les générations.

Oui mais voilà : le nombre de retraités à la charge de chaque actif augmente. Pourquoi ? Parce que nous vivons plus longtemps, et que la natalité a baissé. C’est le fameux vieillissement démographique. Du coup, cet état de fait rend le système plus coûteux pour les actifs. On a tenté de limiter cela en travaillant plus longtemps. La France a déjà rallongé à plusieurs reprises la durée d’activité donnant droit à une retraite. Elle n’est pas la seule ! Beaucoup de pays ont même été plus loin que nous. Mais devrons-nous faire comme eux et travailler jusqu’à 65 ans ou plus ?

Hormis réduire les pensions, il y a théoriquement d’autres solutions. Nous pourrions attendre la croissance. Mais celle-ci est imprévisible à long terme. Nous pourrions accroître les cotisations et les impôts. Mais ils sont déjà plutôt élevés. Nous pourrions élever le nombre d’actifs. Soit en faisant plus d’enfants - Hélas, cela ne se décrète pas et même une politique familiale n’y change pas grand-chose - Soit en accueillant plus d’immigrés. Mais il faudrait qu’ils soient des dizaines de millions à arriver rapidement en France. C’est tout simplement impossible. En fait, toutes ces mesures pourraient nous aider, mais aucune ne suffirait à elle seule.

Alors, puisque nous vivons plus vieux, cotiser un plus grand nombre d’années relèverait du bon sens. Pourtant, cette piste a elle aussi ses limites. En France, les plus de 55 ans ont du mal à trouver un emploi. Alors, à quoi bon retarder l’âge de la retraite si on ne trouve pas de travail ? D’ailleurs, certains ex-salariés chômeurs séniors non indemnisés, ou incapables de continuer à travailler, partent en retraite avant l’âge légal, sans avoir cotisé assez longtemps. Et perçoivent de ce fait des pensions de retraite réduites. C’est une situation peu satisfaisante. Et puis, si certaines catégories de travailleurs meurent plus jeunes que d’autres du fait de métiers pénibles, est-il juste de les faire travailler plus longtemps ? 

Pour autant, l’avenir semble moins sombre depuis peu ! Des études estiment que le poids des retraites dans le PIB va se stabiliser parce que d’une part, les réformes qui ont été réalisées de 1993 à 2013 y contribueront largement. Et d’autre part, parce que la démographie nous sera plus favorable dans la mesure où notre natalité est finalement assez soutenue et que l’impact négatif du départ à la retraite des baby-boomers disparaîtra progressivement. Mais attention, cela n’est pas acquis !  En définitive, les retraites, comme la santé, ont un prix. Et ce qui compte le plus, c’est de tomber d’accord sur la façon de le partager. Les prochaines réformes devront définir démocratiquement les critères de répartition de cette charge pour pérenniser notre système, plutôt que de s’appuyer sur des discussions techniques.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : francetv éducation

Auteur : Stéphane Ménia

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations