Chargement de la playlist en cours...

Les immigrés prennent-ils nos emplois ?

Decod'éco - Saison 1

Publié le - Mis à jour le 13-04-2017

Entre 2003 et 2014, environ 200 000 immigrés sont arrivés en France chaque année. Le nombre de chômeurs n’a pourtant pas varié en fonction de cet afflux. L’immigration n’aggrave donc visiblement pas le chômage.

En 1980, en pleine guerre froide, le régime communiste de Fidel Castro autorise le départ de dizaines de milliers de Cubains vers les États-Unis. 65 000 Cubains s’installent à Miami. La population active de la ville augmente de 7% en quelques mois. On craint que les Cubains ne prennent les emplois des autochtones, conduisant à une hausse du chômage. Mais elle ne sera pourtant que limitée… et temporaire ! Ce cas n’est pas unique.

Israël connaît un épisode similaire en 1990 lorsqu’à la chute du mur de Berlin, 500 000 juifs d’ex-URSS migrent en Israël. Le résultat est le même ! Les immigrés sont intégrés sans difficultés, et les travailleurs natifs ne perdent pas leur emploi.

Et oui ! Les entreprises ont besoin de compétences complémentaires pour produire et créer des emplois. Dans le pays d’accueil, les immigrés viennent compléter la main d’œuvre disponible. Un chercheur a besoin d’une femme de ménage pour entretenir ses locaux… une aide-soignante a besoin de médecins. Parce qu’elle fournit aux entreprises une main d’œuvre plus variée, l’immigration contribue donc à accroître le PIB, la richesse nationale et l’emploi !

En France actuellement, un travailleur sur 10 est un travailleur immigré. Et ces derniers sont plus touchés par le chômage que les Français de naissance. Difficile alors de dire qu’ils prennent le travail des Français ! Côté qualifications, 30% des immigrés ont un diplôme de bac+2 ou plus, et 40% sont non diplômés. 60% des travailleurs immigrés sont ouvriers ou employés dans le bâtiment, l’industrie, les services à la personne, l’hôtellerie et la restauration.

Le manque de main d’œuvre dans certains métiers est ainsi comblé par des travailleurs immigrés. C’est le cas des médecins, des informaticiens, des personnels du bâtiment ou des personnels de la restauration. Les immigrés occupent aussi fréquemment des emplois peu valorisés par la population d’origine. Ils sont par exemple agents d’entretien, ouvriers non qualifiés de l’industrie ou agents de gardiennage et de sécurité. Enfin, les immigrés dirigent souvent une entreprise. Ils créent donc de l’emploi !

Il arrive que les immigrés soient employés à la place de travailleurs natifs en général non qualifiés. La raison ? Ils acceptent des conditions de travail plus difficiles, ce qui est apprécié par les employeurs. En France, on l’explique par le fait que la loi limite l’accès au marché du travail aux immigrés, surtout pour ceux qui ne viennent pas d’un pays de l’Union européenne. Disposer d’un titre de séjour renouvelé n’est pas simple… ils ne peuvent pas accéder aux emplois de la fonction publique, ne peuvent exercer certaines professions libérales, et n’ont accès aux minima sociaux qu’après 5 ans passés en France.

L’impact de l’immigration sur le chômage reste donc mineur. Cela doit nous conduire à beaucoup de prudence quand il s’agit de limiter drastiquement le nombre d’immigrés entrant sur le territoire… sachant que le niveau de l’immigration en France est déjà faible, quand on le compare à celui de nos voisins européens !

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : francetv éducation

Auteur : Stéphane Ménia

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations