Faut-il légaliser le cannabis ?

Decod'éco - Saison 1

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 01-06-2017

Le cannabis est de loin la drogue illicite la plus consommée en France. Un français sur quatre déclare en avoir consommé une fois dans sa vie, soit près de 14 millions de personnes. Parmi les jeunes de 16 ans, 40% déclarent en avoir déjà consommé, et 25% déclarent en avoir consommé au cours du dernier mois. Chez les jeunes, son usage régulier est désormais comparable à celui de l’alcool.

60% des français considèrent le cannabis facile d’accès. Son prix de détail baisse régulièrement : 6€ le gramme pour la résine, 8€ pour l’herbe. En 10 ans, le prix de la résine a baissé d’un tiers, celui de l’herbe a été divisé par deux.

Tout cela alors que la France est l’un des pays les plus répressifs d’Europe en matière de cannabis, et que cette répression a tendance à augmenter depuis 2000, surtout contre les consommateurs. Le nombre de condamnations pour simple usage a été multiplié par 13 entre 2002 et 2008, les peines de prison sont passées de 1% à 10% de ces condamnations. La répression du cannabis représente 122 000 procédures judiciaires par an, pour un coût de 523,5 millions d’euros, contre 36,5 millions d’euros de dépenses de prévention et soin.

Le trafic prospère, pour un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 2 milliards d’euros, autant que l’ensemble des salaires des agents de police en France. L’essentiel du cannabis consommé en France est importé du Maroc, ce trafic entretient des réseaux criminels qui peuvent déstabiliser des quartiers entiers, et qui se combattent avec des armes de guerre pour les parts de marché. La France devient aussi une terre de production : 32 tonnes produites chaque année, représentant 11,5% de la consommation.

La répression croissante est donc très coûteuse, sans parvenir à réduire la consommation.

Dans beaucoup d’autres pays, la tendance est plutôt à la légalisation, à des degrés divers. 9 états des États-Unis en ont légalisé la consommation et la vente, et 25 l’autorisent pour usage médicinal. Le Canada songe à le légaliser avant la fin de 2017. En Europe, les Pays Bas, L’Espagne et le Portugal ont dépénalisé. Sans aller jusque-là, de nombreux pays européens renoncent à la répression pour privilégier la prévention et l’information.

La France pourrait légaliser et réglementer l’usage du cannabis, qui aurait alors le même statut que des drogues légales comme l’alcool et le tabac. La répression pourrait être remplacée par des taxes et par des campagnes de prévention pour limiter la consommation.

Le cannabis légal serait taxé, comme les cigarettes ; mais le risque serait alors de voir le trafic continuer sur un marché noir à bas prix qui coexiste avec le marché légal à prix taxé. C’est ce qui s’est passé aux États-Unis : dans les États qui ont légalisé le cannabis mais le taxent fortement, le commerce illégal représente encore 70% des ventes, contre 30% dans ceux qui le taxent peu.

Réussir la légalisation impose donc, dans un premier temps, de ne pas trop taxer le cannabis et de concentrer la répression sur les trafiquants pour faire disparaître le commerce illégal, quitte à augmenter les taxes une fois le trafic éradiqué. L’Etat capterait sous forme de recettes fiscales une bonne partie du revenu actuellement obtenu par les criminels : cela pourrait rapporter 1,3 milliards d’euros de recettes fiscales et permettrait d’économiser 300 millions en répression.

Cela s’accompagnerait de politiques éducatives, visant à dissuader la consommation et à la restreindre quand elle est dangereuse (dans les lieux publics, au volant). De telles campagnes, depuis 1990, ont réussi à faire baisser la consommation de tabac (-40%) et d’alcool (-25%). La légalisation peut réussir là où la répression a échoué.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : francetv éducation

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations