Paris 2024 : gouffre financier ou chance économique ?

Publié le - Mis à jour le 03-08-2017

En partenariat avec 

Image Contenu

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile.

Image Contenu

Lundi 31 juillet 2017, le maire de Los Angeles a annoncé le retrait de sa candidature aux Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) DE 2024, au profit de ceux de 2028.
Un accord passé avec le Comité International Olympique (CIO) qui laisse donc Paris comme seule ville candidate pour les Jeux de 2024. Est-ce une victoire par abandon ?
Au départ, 5 candidats : 

  • Hambourg : dépôt de candidature le 16 mars 2015 et le 29 novembre, résultats du référendum des habitants pour la tenue des JOP 2024 : 51,7% pour le non ce qui a pour conséquence le retrait de la candidature de la ville.
  • Rome : dépôt de candidature le 2 juillet 2015 et le 21 septembre 2016, refus de la candidature de Rome par la nouvelle maire Virginia Raggi, qui la juge irresponsable face à l'endettement de la ville (13 Md€). Et hop, retrait de la candidature.
  • Budapest : dépôt de sa candidature le 8 juillet 2015 et le 2 décembre 2016, Momentum, un mouvement étudiant, dépose une pétition contre la candidature de Budapest aux JOP 2024 qui a pour conséquence le retrait de la candidature de la ville.
  • Los Angeles : dépôt de  candidature le 3 septembre 2015 et le 31 juillet 2017, retrait de sa candidature pour les JOP de 2024 au profit de ceux de 2028.

Boston avait été initialement sélectionnée pour représenter la candidature américaine en janvier 2015. 6 mois plus tard, elle se retire de la compétition par manque de soutien des habitants et elle est ensuite remplacée par Los Angeles.

C'est par abandon des autres villes que Paris se retrouve aujourd'hui seule en lice pour les JOP de 2024. La principale raison invoquée par les autres villes est le coût des Jeux. Les habitants des villes candidates préfèrent voir cet argent investi ailleurs que dans des infrastructures sportives.

L'enjeu budgétaire

6,6 Md€ : c'est le budget de Paris pour les JOP 2024
Un budget qui parait assez bas, comparé au coût final des deux dernières éditions. (Londres avec 10,9Md€ en 2012 et Rio de janeiro avec 12 Md€ en 2016). Il y a donc risque de dépassement.
Depuis 1988, toutes les villes organisatrices ont dépassé leur budget initial, parfois dans des proportions énormes. Ec le budget initial de Londres était de 4,8 Md€, le coût final a été de 10,9 Md€ ! Soit un surplus de 6,1 Md€.

 

Un budget divisé en 2 parties 

Un budget d'organisation des Jeux à proprement parler qui s'avère stable dans les différents JO et dont le financement se fait grâce au Comité Olympique + Billeterie + Sponsorts  pour environ 3,3 Md€

Un budget pour les structures pérennes réalisées pour les JP mais réutilisées par la suite. 3,3 Md€. Et c'est cette partie du budget qui souvent explose. Dans le cas de paris, la répartition pour le budget d'investissement est ainsi faite : l'État pour 34 %, Paris pour 4,8 %, les investisseurs privés pour 50 %, l'Île-de-France pour 7 % et la Seine-Saint-Denis pour 4,5 % (répartition basée sur le budget proposé en 2016)

Retour sur Investissement 

Entre 5,3 et 10,7 Md€
C'est l'impact économique estimé des JOP de Paris entre 2017 et 2034, même si Anne Hidalgo, la maire de Paris, bien que favorable à l'organisation des JOP à Paris, a émis quelques doutes : " Les Jeux, c'est très joli, mais il n'y a pas une ville qui s'y soit retrouvée sur le plan financier".

Un atout en matière d'aménagement ?

À l'occasion de l'organisation des Jeux, les villes accélèrent leur projet d'infrastructure pour pouvoir accueillir les millions de touristes venus pour l'événement.

Le grand paris express

Ce projet de métros automatiques doit permettre d'allonger 5 des 14 lignes déjà existantes et d'en ajouter 4 nouvelles.
L'organisation des JOP a accéléré le projet, car les 4 nouvelles lignes et 1 des extensions desservent la station Saint-Denis-Pleyel où se situera notamment le Village olympique.

Infrastructures sportives : centre nautique

Situé à côté du Stade de France, le futur centre nautique s'étendra sur 6,8 hectares et comprendra deux bassins de 50 mètres
Certains craignent que cette nouvelle infrastructure sportive ainsi que d'autres prévues soient ensuite laissées à l'abandon comme cela s'est produit au Brésil. D'autres disent " Construire une piscine olympique, on en a objectivement besoin en Ile-de-France , car nous n'avons même pas de quoi organiser ne serait-ce qu'un chmpionnat de France dans la région". (Jean-François martins, adjoint à la mairie de Paris, en charge du sport et du tourisme).

Logement : Village Olympique

Installé sur l'Ile de Saint-Denis, cet espace devrait comprendre environ 3500 appartement pour 17 000 athlètes. Les promoteurs comptent ensuite le transformer en quartier résidentiel.
Les enjeux :

  • Éviter qu'il ne devienne une cité dortoir comme le quartier Villeneuve à Grenoble après les JO d'hiver de 1968.
  • Éviter la gentrification comme à l'Est de Londres à la suite des JOP de 2012 : le prix de l'immobilier a augmenté de 64 %. (La gentrification : phénomène d'appropriation d'un quartier populaire ou défavorisé par une popultaion plus aisée, voire bourgeoise. La conséquenc est l'augmentation du coût du logement dans ce quartier (et donc l'accélération du phénomène)

 

C'est quoi la prochaine étape ?

Et bien sauf situation exceptionnelle, le 13 septembre à Lima au Pérou, le CIO devrait officialiser la victoire de Paris pour l'organisation des JOP 2024

Contenus : Sarafina Spautz
Graphisme : Jonas Nujaym

en partenariat avec
Cfactuel

Retrouvez chaque semaine une infographie de notre partenaire cFactuel. cFactuel est un média qui décrypte chaque jour une info, sans parti pris, à travers infographie, vidéo ou quiz. Grâce à cFactuel, l'actu devient claire et captivante ! A retrouver sur web et application mobile.

Recommandations