Déforestation : à qui profite le crime ?

Decod'actu - saison 2

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 22-02-2017

L’argent ne pousse pas sur les arbres, vous l’aurez constaté ! Par contre, certains ont bien compris qu’en les éradiquant par milliers ils pouvaient rapporter gros. Alors qu'en 1990, les forêts couvraient environ 31,8% de la superficie mondiale des terres émergées, en 2015, elles n’en représentaient plus que 30,8%. Chaque minute, c’est à peu près 2000 arbres qui sont sciés ou brûlés, sciemment. Voici ce qu’on appelle la déforestation. Ce phénomène n’est pourtant pas nouveau mais il s’est mondialisé dans les années 70, période où l’on estime que la déforestation a touché 7 millions d'ha par an, et jusqu’à 16 millions dans les années 1980. L’équivalent de 2 fois l’Autriche chaque année. Numéro un historique des démolisseurs de forêts ? Le Brésil qui déforeste sans états d’âme celle que l’on appelle le poumon vert de notre planète, l’Amazonie. Selon le WWF, elle a perdu 18 % de sa surface depuis 1970, et 55 % disparaîtront d’ici 2030, si rien ne change. Mais c’est au Paraguay, , en Indonésie, , et surtout en Sibérie que le déboisement intensif est de plus en plus manifeste. En Afrique aussi on fait chauffer les tronçonneuses : la forêt tropicale du bassin du Congo se voit amputée chaque année de plus de 2 000km². Alors, pourquoi coupe-t-on impitoyablement tous ces arbres ? 

Selon l’organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), 80% de la déforestation est due à l’agriculture. Huile de palme, élevage de bovins, culture de soja, en sont la principale cause. Par exemple, l’Indonésie a perdu un peu plus de 6 millions d’hectares rien qu’entre 2010 et 2012 à cause de la culture de  l’huile de palme. Autre facteur de déforestation : la croissance démographique et ses corollaires, l’urbanisation et l’aménagement du territoire qui font que petit à petit, le béton grignotte les forêts.

Pour certains industriels, la forêt est devenue un nouveau terrain de jeu. Et oui, annuellement, le secteur forestier. rapporte 600 milliards de dollars au PIB mondial (soit 0,8%). Et certains n’hésitent pas à faire d’une pierre deux coups : le commerce illégal de bois rapporte gros. Au niveau mondial, on estime qu’en 2015 il représente entre 23 et 70 milliards de dollars. Soit 10 à 30% du commerce légal de bois (236 milliards de dollars en 2015). 

Mais… Ce phénomène, c’est l’arbre qui cache la forêt. Les conséquences de cette déforestation sont désastreuses : extermination de la faune et de la flore vivant (citer 1 ou 2 espèces qui ont disparu) dans ces forêts, expulsions des tribus indigènes, apparition de nouvelles maladies, changement des climats locaux, mais aussi travail des enfants et travail forcé. Peu glorieux… Sans compter qu’à force d’être décimées, les forêts ne jouent plus leur rôle de « piège à carbone ». La déforestation est donc à ce titre, responsable de 20% des émissions de gaz à effet de serre dues aux activités humaines…

Aujourd’hui, certains pays ont décidé d’agir. La Norvège par exemple est devenu le premier pays, début 2016, à interdire la déforestation. La France et l'Angleterre ont même gagné 10% de couvert forestier. Malheureusement, certains pays, comme le Brésil qui enregistre une hausse de la déforestation depuis 2013 (entre 2004 et 2012, le déboisement a diminué de 27.700 km² par an à 4.500 km² par an mais entre 2015 et 2016, on été remontés à 7.989 km²), continuent de se couper l’herbe sous le pied pour quelques grosses poignées de dollars. Ironie du sort : dans un cas sur deux, la production issue de cette déforestation légale ou illégale est destinée à satisfaire la demande des grands pays industrialisés. Ceux-la même qui préfèrent conserver leur forêts… 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations