La dégradation climatique

Publié le - Mis à jour le 26-04-2016

Lorsque l’on regarde une carte des climats, on observe des climats chauds, des climats froids, des climats océaniques, continentaux, méditerranéens ou encore montagnards. Sur ces cartes, deux climats sont souvent séparés visuellement par un trait qui marque la séparation entre les deux climats.

La question que l’on peut se poser est la suivante : comment passe-t-on d’un climat à un autre ? Est-ce comme une frontière où si je passe la ligne, je suis en un instant dans un autre espace ? Les climatologues utilisent l’expression de « dégradation climatique » pour marquer le passage d’un climat à un autre.

Le mot dégradation ne signifie pas que le climat serait plus pollué ou que l’environnement y serait moins bon, il signale simplement que le climat est susceptible de prendre des propriétés d’autres climats voisins.

Image Contenu

Par exemple, si nous sommes en bordure de mer, dans le Finistère breton à Brest, nous sommes dans un climat de type océanique. Si nous sommes au centre de la plaine d’Alsace à Strasbourg, nous sommes dans un climat de type continental. Comment placer la ligne de séparation entre l’océanique et le continental ? Par expérience, nous voyons que le passage d’un climat à l’autre se fait de façon très progressive : le climat perd ses caractéristiques pour prendre, petit à petit, celles du climat voisin. Suivant l’orientation du vent et des conditions météorologiques, le type de temps peut être plus sec ou plus humide, plus froid ou plus chaud, donc témoin d’un type de climat voisin. Un climat océanique dégradé correspond donc globalement à un climat océanique (doux et humide) mais susceptible de grandes chaleurs ou de grandes périodes sèches (caractéristiques de continentalité). Ce climat dégradé, de transition, recouvre presque toute la France ; ce n’est donc pas une simple ligne sur une carte.

Recommandations