L'impressionnisme : un aboutissement esthétique

Publié le - Mis à jour le 03-03-2016

Les impressionnistes s’inspirent des courants de la peinture française apparus après le néoclassicisme du début du XIXe siècle (cf le tableau monumental commandé par Napoléon 1er, Le Sacre de Napoléon, par Jacques-Louis David).

L'influence des maîtres : Delacroix et Corot

Ils trouvent dans delacroix (1798-1863), figure du romantisme en peinture, les clés de la peinture moderne : accrocher la lumière, substituer la couleur à la ligne, créer l'illusion du relief. Manet lui demande l’autorisation de copier La barque de Dante. Degas collectionne près de deux cent cinquante de ses peintures et dessins. Cézanne compare le rouge des babouches des Femmes d’Alger de Delacroix à la saveur d’un verre de vin dans le gosier et affirme « nous peignons tous en lui ! ». Il lui rend hommage dans son Apothéose de Delacroix : en contrebas du « grand maître » représenté dans le ciel, Cézanne fait figurer Monet, Pissarro et lui-même.

Corot (1796 – 1875) est aussi reconnu comme un maître. Pour Degas « Il est toujours le plus grand » et pour Monet « Il y a un seul maître, Corot. Nous ne sommes rien en comparaison ». Nombre de ses œuvres sont rattachées aux  thèmes néoclassiques (Agar dans le désert, Rome-le Colisée vu des jardins Farnèse, …), mais ses paysages témoignent d’une recherche sur la lumière (Souvenir de Mortefontaine) et d’un art des variations subtiles de tonalité (Le Port de la Rochelle) qui annoncent les impressionnistes.

L'influence des "paysagistes"

Pour s’échapper de l’atelier de Gleyre et de sa peinture académique, Sisley, Renoir, Monet et quelques autres vont à 

Recommandations