Routes migratoires, cap sur l'Europe !

Decod'actu - saison 2

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 07-12-2017

Vous l’aurez remarqué la question des migrants et des réfugiés occupe le devant de l’actualité. Aujourd’hui, cet afflux aux portes de l’Europe s’explique notamment par la multiplication des conflits, en Syrie et en Afrique notamment, mais aussi par la quête de meilleures conditions économiques, qui ne relève pas du droit d’asile. 

Selon l’agence européenne Frontex, il existe cinq routes empruntées par les migrants actuellement. 

La voie terrestre de l’Europe orientale, tout d’abord. Faiblement fréquentée depuis la fermeture de la Pologne, de la Hongrie et de la République Tchèque aux demandeurs d’asile, cette route était empruntée par 588 personnes seulement entre janvier et septembre 2017. Il s’agit essentiellement de vietnamiens, ukrainiens et russes, mais aussi parfois d’afghans et de syriens. 

Il y a aussi et surtout la Méditerranée, à travers la Méditerranée orientale aujourd’hui en déclin. En Grèce, les arrivées par la mer ont été divisées par presque 5 (182.534 arrivées) en 2016 par rapport à 2015 (885 386). La raison : l'effet combiné du pacte migratoire scellé entre Ankara en Turquie et l'UE, en mars 2016, pour freiner les traversées de la mer Égée, et de la quasi-fermeture de la Route des Balkans. La Bulgarie et la Hongrie ayant construit des clôtures pour rendre leurs frontières étanches. Entre janvier et septembre 2017, 33 800 personnes sont arrivées sur les côtes grecques, principalement de Syrie, d’Irak et du Pakistan. La plupart est bloquée dans les hotspots de l’île de Lesbos, en attente d’une solution. 

La Méditerranée centrale, elle, est redevenue la principale route vers les côtes européennes depuis 2016. Les autorités italiennes ont ainsi enregistré plus de 112 000 arrivées sur les 3 premiers trimestres 2017. Des chiffres en baisse par rapport à l’année record de 2016 (181 000 arrivants). Il s’agit principalement de nigérians, de guinéens, ivoiriens et bangladais. Tous passent par la Lybie, pays en guerre civile aux frontières poreuses, où ils sont battus, rançonnés, violés, dans des camps d’internement aux mains de miliciens sans scrupules. Certains sont même vendus comme esclaves. 

Enfin, la Méditerranée occidentale, où 13 800 migrants ont accosté en Espagne entre janvier et septembre 2017 contre 10 200 sur l’ensemble de l’année 2016. Des chiffres en augmentation, donc. La voie terrestre est elle aussi de plus en plus empruntée à Ceuta et Melilla, deux villes sous administration espagnole au nord du Maroc, seules frontières directes entre de l’Union européenne et l’Afrique. 

A cela s’ajoute la route des Canaries par l’Afrique de l’Ouest, empruntée par 671 personnes originaires du Maroc, de Guinée et de Côte d’Ivoire, en 2016.  Celle-ci peut se réactiver à tout moment, et retrouver son niveau de 2006 (31 600), même si elle n’offre pas un accès direct à l’Union. 

Comme vous le savez, la traversée de la Méditerranée est extrêmement périlleuse. Plus de 14.000 hommes, femmes et enfants y sont morts ou disparus ces quatre dernières années.

 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Auteur : Sébastien Daycard-Heid

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations