Les lobbys, une menace pour la démocratie ?

Decod'actu - saison 2

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 22-03-2017

Les lobbys font fantasmer. Représentants les intérêts des grands groupes industriels, comme ceux de l'agro-alimentaires ou de l'énergie, mais aussi les intérêts des chasseurs ou encore des agriculteurs et bien d’autres encore, on les dits omniprésents, et même capables de faire changer les lois... Alors lobbys : fantasmes ou réalités ?

Commençons par définir ce qu'est un lobby. Un lobby est une personne ou un groupe agissant dans l'intérêt d'un acteur privé. L'objectif des lobbyistes est d'infléchir la position des politiques en leur faveur. Ces intérêts privés peuvent parfois aller à l'encontre de l'intérêt général. 

Bruxelles est la capitale européenne du lobbying. Jusqu'à 30 000 lobbyistes travailleraient dans la ville belge, dont d'anciens hauts responsables de la Commission, et eurodéputés, qui mettent leur réseau au service d'un lucratif travail de lobbying. En 2014, la directive tabac de l'Union européenne – qui définit des règles à l'échelle de l'Union Européenne qui régissent les produits du tabac - a entraîné la mobilisation de plus de 200 lobbyistes et une opération de plus de 3 millions d'euros ! Tout ça pour faire en sorte que la directive nuise le moins possible à leur chiffre d'affaires... 

Et du côté de la France ? Chez nous, le lobbying est une affaire qui marche ! Depuis les années 1990, le nombre de cabinets de lobbying a été multiplié par 5. Et s’ils souffrent d'une réputation sulfureuse, c’est sans doute parce que les lobbys y ont pendant très longtemps exercé sans le moindre contrôle. Ce n'est qu'avec la Loi Sapin 2, datant de 2016, que l'exigence de transparence a enfin progressé en France. La loi a ainsi créé un répertoire numérique unique sur lequel les lobbys doivent désormais s’inscrire et fournir des informations sur leurs activités, leur budget et leur personnel. Est-ce suffisant ? L'ONG Transparency International regrette que certains acteurs – dont les organisations syndicales de salariés – n'aient pas à s'inscrire alors qu'elles sont connues pour leurs intenses campagnes de lobbying. De plus, le registre ne permet pas de retracer quel lobby a rencontré quel député et quand. Et quels ont été les arguments présentés. Peut mieux faire, donc.

Voyons maintenant quelles sont les méthodes des lobbyistes ? Tout d'abord entretenir la proximité avec le législateur : les députés et sénateurs reçoivent de nombreuses visites de lobbyistes qui tentent de les sensibiliser à leurs problématiques. Les plus réceptifs reçoivent même de la part des lobbys des amendements déjà écrits, clés en main , visant à modifer un texte de loi ! 
Et ils ne se privent pas de s'en servir. En décembre 2014, une quarantaine de députés s'élèvent en même temps contre la hausse des prix du tabac qui a lieu tous les ans de manière automatique le 1er janvier. Résultats : les députés déposent au total une vingtaine d'amendements identiques mots pour mots... On a connu plus subtile. Les lobbys du tabac ne sont évidemment pas très loin. Et la manœuvre sera efficace. Pas d'augmentation du tarif du tabac cette année-là.

Et les lobbys ne semblent pas avoir de frontière. Comme l'a révélé le Guardian en décembre 2015, après avoir financé les campagnes de 162 membres du congrès américain, Google leur a ensuite demandé de faire pression sur l'Union européenne. Celle-ci accuse en effet le géant américain d'Internet d'« abus de position dominante », ce qui pourrait lui valoir une amende de 6 milliards d'euros. L'affaire est toujours en cours et les lobbyistes, évidemment, toujours à la manœuvre.

Alors, le lobbying est-il une menace pour la démocratie ? Et bien, pas nécessairement ! Car lorsqu’il est encadré, le lobbying permet d'apporter aux décideurs publics des informations sur des questions toujours plus complexes. En fait, tout est question de transparence.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Auteur : Arnaud Aubry

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations