La faim dans le monde, une fatalité ?

Decod'actu - saison 2

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 15-06-2017

Un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes dans le monde. 795 millions de personnes souffrent de la faim aujourd’hui, soit 11% de la population mondiale. Mais avant de faire le point sur ce fléau, il est nécessaire de bien faire la distinction entre faim, et famine. 

Le terme de faim  est souvent utilisé pour parler de sous-alimentation. Les Nations-Unies ont fixé à 1800 calories par jour et par adulte le seuil en dessous duquel un individu est considéré comme sous-alimenté. La famine, elle, est déclarée dès lors que plus de 20% de la population d'une région a un accès très limité à la nourriture de base, que le taux de mortalité est supérieur à deux personnes pour 10 000 par jour, et qu'une malnutrition aiguë touche plus de 30% de la population. 

Aujourd’hui, les pays en développement sont particulièrement touchés : 1 personne sur 7 souffre de sous-alimentation. En Afrique subsaharienne, plus d'1 personne sur 4 reste chroniquement sous-alimentée, et c’est l’Asie, région la plus peuplée du monde, qui compte le plus d’affamés : 526 millions !. Depuis fin 2016, la famine sévit dans 4 pays : le Nigeria, la Somalie, le Soudan du sud et le Yémen, et menace 20 millions de personnes.

La faim tue ! Mais pas seulement…

Au-delà des conséquences psychologiques dramatiques, les carences alimentaires affaiblissent les individus et les rendent plus vulnérables aux maladies et aux infections comme le choléra par exemple. Chez les enfants, la faim est également responsable de graves retards de croissance et de développement, laissant des générations entières sensibles aux maladies. Elle cause aussi des problèmes de fertilité, voire de stérilité. Enfin, la faim provoque l’exode des populations : au Soudan du Sud par exemple, 550 000 personnes on quitté leur pays pour tenter de survivre dans des camps de réfugiés à l’étranger. La sécheresse et les conflits armés sont les principaux responsables de la faim dans le monde. Priver une population de nourriture est un instrument de guerre !

Pourtant, tout n’est pas si noir ! La faim dans le monde a reculé : elle touchait 18.6% de la population mondiale au début des années 1990. Elle a baissé de 7 points aujourd’hui ! C’est toujours trop. Et pour cause, l’Organisation des Nations Unies a délivré un message alarmant en février 2017 :  les pressions sur les ressources naturelles de plus en plus intenses, les inégalités qui continuent de se creuser et les répercussions négatives du changement climatique, compromettent la capacité de l'homme à se nourrir par lui-même à l'avenir, souligne l’organisation. 

Alors, quelles solutions peuvent être envisagées pour essayer d'endiguer ce fléau ?

Si l’aide humanitaire a certes un impact sur la lutte contre la faim, son action dépend des choix politiques et de l’implication des gouvernements eux-mêmes. La stabilité politique est la première condition pour créer un modèle d’agriculture durable qui inclut les populations locales, pour élaborer des projets de développement, et réduire ainsi la pauvreté et l’insécurité alimentaire. 

Mais à notre échelle, il est aussi possible d’agir ! Un tiers de la nourriture produite chaque année dans le monde destinée à la consommation humaine est perdue ou gaspillée. Or, le gaspillage alimentaire accapare 28 % de nos terres agricoles ! Une surface qui pourrait servir à alimenter les 795 millions de personnes sous alimentées. Soyons vigilants, rien ne sert de nourrir nos poubelles !

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Auteur : Sarah El Makhzoumi

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations