L'Europe est-elle à bout de souffle ?

Decod'actu - saison 2

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 11-05-2017

Un anniversaire à 28 ? Les anglais qui répondent « no way ! », la France et l’Allemagne qui ne s’entendent plus… le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Europe en ce moment n’est pas vraiment l’hymne à la joie ! Elle semble même à la recherche d’un nouveau souffle 60 ans après la signature du traité de Rome qui posait les bases de la construction européenne. Car aujourd’hui, l’Union doit affronter plusieurs crises :

-Une crise politique tout d’abord, avec la sortie du Royaume-Uni, le fameux Brexit. Mais aussi, la panne du moteur franco-allemand qui faisait avancer l’Union, et l’absence d’accords entre les États membres sur la plupart des sujets.

-Une crise démocratique ensuite, qui se manifeste par la montée des populismes en Europe. En cause : les cures d’austérité imposées par Bruxelles, mais aussi le fonctionnement bureaucratique de l’Union européenne qui ne répond plus aux aspirations des citoyens.

-Une crise des réfugiés aussi, qui met à l’épreuve la solidarité européenne et les valeurs qui nous unissent. Face à cette crise, chaque pays a répondu sans concertation. L’Italie et la Grèce en les accueillant, la Hongrie en fermant ses frontières et en construisant des murs, l’Allemagne en favorisant le droit d’asile, la France en mettant la question sous le tapis…

-Une crise géopolitique ensuite, avec le désengagement du gouvernement de Donald Trump des affaires européennes, la poussée de la Russie en Europe de l’Est et au Proche-Orient, et la montée des conflits aux portes de l’Europe : en Syrie, en Ukraine, en Libye. Sans oublier : la menace terroriste au cœur même de l’Union.

-Une crise économique et sociale, enfin. En décembre 2016, le taux de chômage dans l’Union Européenne s’élevait à 8,2%, avec quatre pays particulièrement touchés depuis la crise de 2008 : Chypre, la Grèce, l’Espagne, et l’Italie.

Face à cette crise, Bruxelles a mis en place un plan de relance, le plan Juncker, qui tranche avec la rigueur budgétaire plaidée jusqu’à présent par l’Allemagne : 315 milliards d’euros d’investissements pour financer de grands projets, comme le Grand Paris. Mais ce plan ne répond pas à LA grande question : quel avenir pour l’Europe ?

Le 1er mars 2017, la commission a évoqué diverses possibilités dans un livre blanc, sans vraiment trancher. Une idée semble pourtant faire son chemin : une Europe à plusieurs vitesses. On fait le deuil de toute convergence entre États membres et on avance par petits groupes sur des projets communs, comme le prévoient déjà les traités. Suivra qui pourra ! Deux projets de relance de la construction européenne sont fréquemment évoqués : une Communauté européenne de l’énergie pour répondre aux défis de la transition énergétique et de la lutte contre le réchauffement climatique. Et une défense commune pour lutter contre le terrorisme notamment. 

Ces projets s’inscrivent dans le droit fil de L’Europe des pères fondateurs. Pour créer les conditions de la paix sur le continent au sortir de la 2nde guerre mondiale et lutter contre les nationalismes, Jean Monnet et Robert Schuman avaient une idée : mettre en commun les ressources et travailler ensemble sur des projets concrets. C’est le sens du traité de Rome, qui pensait qu’en construisant à petits pas autour de 3 piliers, on parviendrait ensuite à bâtir une Europe politique et sociale autour de valeurs communes. Des idées qui restent plus que jamais d’actualité !

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Auteur : Sébastien Daycard-Heid

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations