Chargement de la playlist en cours...

L'esclavage, toujours d'actualité ?

Decod'actu - saison 2

Publié le - Mis à jour le 15-03-2017

L’esclavage moderne est un fléau qui touche 46 millions de personnes dans le monde selon l’ONG Walk Free. Et la majorité des victimes sont des femmes et des enfants. Mais qu’entend-on par esclavage exactement ? Il s’agit d’une situation d’exploitation où une personne est privée de sa liberté et est considérée comme la propriété d’une autre. La personne réduite en esclavage peut être achetée, vendue, forcée de travailler, sans aucune rémunération et sans aucune considération de ses droits humains. Victime de menaces, de violences ou d'abus de pouvoir, difficile pour elle d’échapper à sa condition. 

Aujourd’hui, une victime sur trois est un enfant. Et si le travail forcé représente les deux tiers des personnes touchées par l’esclavage moderne, celui-ci prend différentes autres formes comme par exemple l’esclavage sexuel, l’esclavage pour dette, le mariage forcé, l'esclavage domestique, les enfants soldats, la mendicité et la prostitution forcées, ou encore le trafic d’organes. 

58 % des victimes se concentrent dans 5 pays d’Asie et c’est l’Inde qui tient le haut du classement avec 18 millions d’esclaves, suivi par la Chine (3,4M), le Pakistan (2,1M), le Bangladesh (1,5M) et l’Ouzbékistan (1,2M). D’après les estimations, la Corée du Nord est le pays qui possède la plus grande proportion d’esclaves avec 4,37 % (1,1M) de sa population.  Les guerres et les conflits qui poussent certaines populations à l’exil rendent également les individus plus vulnérables et donc susceptibles de venir des victimes de ces exploitations. 

Mais l’esclavage ne se cantonne pas qu’aux pays dits « du Sud ». D'après les estimations, il concernerait par exemple près de 60 000 personnes aux Etats-Unis. Il s'agit essentiellement de travail forcé aux abords de la frontière Mexicaine (dans les secteurs du travail domestique, de l'agriculture ou de la restauration), mais aussi de prostitution forcée. La France par exemple, compte 12 000 victimes,essentiellement d’exploitation sexuelle. 

Le rapport de l'ONG Walk Free souligne aussi que les pays les plus touchés par l’esclavage sont ceux qui fournissent de la main d'oeuvre bon marché.  Comme l'Inde, la Chine ou le Bangladesh. Et ce, pour produire les biens de consommation destinés à l’Europe, l’Amérique du Nord, le Japon ou l'Australie. Et oui, l’esclavage est avant tout une question… économique ! D’après l’Organisation Internationale du Travail, l’esclavage moderne génèrerait plus de 150 milliards de dollars chaque année.

Afin d’endiguer le phénomène, les associations de défenses des droits humains appellent les pays les plus riches à mettre en place des sanctions contre les entreprises qui profitent du travail forcé et à lutter contre les réseaux qui organisent le trafic d’êtres humains. En 2015, le Royaume-Uni a adopté le Modern Slavery Act, une loi obligeant les grandes entreprises britanniques à s’assurer que leurs sous-traitants et leurs chaînes d’approvisionnement ne pratiquent pas des formes d’esclavage moderne. Depuis 2016, les Etats-Unis ont interdit l’importation de biens issus du travail forcé et du travail des enfants. Malgré cela, certains grands groupes internationaux continuent à recourir au travail forcé ou au travail des enfants, sous prétexte qu’il est difficile de contrôler les conditions de travail et de salaire en vigueur chez leurs sous-traitants. Une manière pour ces multinationales de se dédouaner de leurs responsabilités, rejetant la faute sur leurs prestataires.

A ce jour, la France n’est quant à elle toujours pas dotée d'une politique publique pour lutter contre l’esclavage moderne et l'exploitation des êtres humains. On aurait pu mieux attendre de la part du pays dit des droits de l’Homme.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Auteur : Clément Baudet

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations