L'eau face à ses défis

Decod'actu - saison 2

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 29-06-2017

En 2017, selon l'Organisation Mondiale de la Santé, 1 personne sur 10 sur Terre n'a pas accès à l'eau potable. Plus précisément, au moins 663 millions de personnes dans le monde, boivent une eau qui n'est pas protégée des contaminations extérieures, comme les maladies ou les matières fécales. C'est une tragédie pour ces personnes qui pour près de la moitié vivent en Afrique sub-saharienne, et 8 sur 10 dans des zones rurales. 

Et pourtant, ces dernières années, la situation s'est améliorée. Selon les derniers chiffres de l'OMS, en 2015, 91% de la population mondiale avait accès à ce que les scientifiques appellent des sources améliorées d’eau potable, contre seulement 76% 25 ans plus tôt. Mais ces chiffres cachent un autre drame : la distance que certains ont à parcourir pour accéder à ces points d’eau potable. En effet, dans certains territoires ruraux, en particulier en Afrique sub-saharienne, le premier point d’eau se trouve souvent à plusieurs kilomètres du lieu d’habitation. 

Mais la question de l'accès à l’eau n'est pas le seul défi à relever. 
Une large partie du globe est ainsi touchée par ce que les scientifiques appellent, le stress hydrique. Celui-ci se manifeste lorsqu’il n'y a pas suffisamment d'eau pour répondre aux différentes activités humaines, et aux besoins de l’environnement. Son seuil a été fixé à 1700 mètres cubes par an et par personne. Le stress hydrique touche presque tous les pays du monde : des pays arabes au Mexique, en passant par la Chine, l'Ouest américain, et plus proche de nous, le sud de la méditerranée. 

Surtout que ça n'est pas prévu de s'améliorer ! Les experts prédisent que la demande en eau pourrait augmenter de 55 % d'ici 2050. En cause, la surconsommation d’eau, et surtout, la croissance démographique – la Terre  comptera alors 9,5 milliards de personnes si l'on en croit les projections – mais surtout, le développement du secteur de l’agriculture, actuellement responsable de 70% des prélèvements d’eau à travers le monde. Si rien n'est fait, la consommation d'eau pour l'agriculture devrait augmenter encore d'environ 20 % dans le monde d'ici 2050. Et les besoins en eau de l'industrie manufacturière devraient exploser, eux, de 400 % dans les 30 prochaines années.

Autre problème de taille : le traitement des eaux usées. Aujourd'hui plus de 80% des eaux usées résultant des activités humaines sont déversées dans les rivières ou la mer sans aucune dépollution selon l'ONU. L'eau potable s'en trouve donc encore un peu plus raréfiée... En plus, l'eau contaminée et le manque d’assainissement entraînent la transmission de maladies comme le choléra, la diarrhée, la dysenterie, l’hépatite A, la typhoïde ou la poliomyélite. 

Et quand l'eau n'est pas polluée par l'homme, elle est accaparée par quelques grosses entreprises comme Nestlé qui transforment l’eau potable naturelle en marchandise, et réalisent des profits colossaux. L'entreprise suisse vend plusieurs milliards de bouteilles chaque année dans le monde. Une aberration qui pousse des communautés et des ONG à se révolter contre l’appropriation des ressources locales par les multinationales qui mettent l’eau en bouteille. Pour eux, l’eau n’est pas privatisable : elle est un patrimoine commun de l’humanité.

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations