Féminisme, rien n'est acquis !

Decod'actu - saison 2

Chargement de la playlist en cours...

Publié le - Mis à jour le 15-03-2017

On accole beaucoup d’images, et parfois péjoratives derrière le terme « féministe ». Certains n’imaginent souvent qu’un gang de femmes en colère, hurlant leur indignation à qui veut l’entendre. Et pourtant, le féminisme n’est autre qu’un mouvement politique, philosophique et idéologique qui cherche à promouvoir les droits des femmes, dans la vie réelle comme dans la vie publique, afin de gommer les inégalités entre les sexes. 

C’est à partir du 19e siècle que le féminisme engagé voit le jour en France, en Grande Bretagne ou encore aux Etats Unis. Les féministes, dont font partie de grands noms comme Simone de Beauvoir,  les suffragettes anglaises, l’américaine Angela Davis, ou encore Simone Veil, ont remporté de précieuses batailles : comme par exemple le droit de vote, ou le droit à l’avortement.  

Et pourtant… Ces batailles, aussi récemment remportées soient-elles, ne sont  jamais définitivement acquises. En témoignent les « women’s march », Marches des femmes, dans le monde entier (USA, France, Canada, Angleterre, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Suède, Allemagne) en réaction aux propos menaçant sur le droit des femmes du président américain Donald Trump en janvier 2017. La Pologne, qui était sur le point d’interdire l’IVG. Ou encore la Russie qui a dépénalisé les violences conjugales début 2017. 
Et la France n’est pas à l’abri. Les manifestations anti-ivg plus nombreuses depuis 2013, ont de quoi alarmer sur le droit des femmes à disposer de leur corps. 

D’autres combats sont encore loin d’être gagnés : les violences conjugales dont les femmes sont majoritairement victimes, le droit à l’éducation, ou encore la lutte pour l’égalité salariale . Et oui, en France,  malgré la loi qui assure l’égalité salariale entre hommes et femmes, on constate un écart de 12,8% entre les salaires des hommes et des femmes, à travail et compétences égales. Ce qui place l'hexagone au 134e rang mondial sur 144 pays, en matière d’égalité salariale...

Le féminisme, d'abord pensé d'un point de vue occidental a fini par se mondialiser : on voit aujourd’hui émerger un féminisme nouveau, dit « féminisme post-colonial ». Les féministes musulmanes, les afro-féministes ou encore les chicanas aux Etats-Unis, sont issues de cette mouvance. En plus du droit à l’égalité entre les sexes, elles soulignent la nécessité de prendre en compte leur propre héritage historique, culturel et social. En Inde par exemple, on se bat contre l’avortement sélectif des fœtus de sexe féminin. En Arabie Saoudite, on lutte notamment pour que les femmes aient le droit de conduire, quand en Afrique, on combat contre les mutilations génitales féminines, les mariages précoces, ou l’obligation d’enfanter. Les afro-feministes par exemple, affirment leurs particularités physiques, et s’opposent à la sur-représentation et au diktat de la femme idéalisée mondialement : blanche, grande et fine.

Les droits des femmes, quel que soit le visage qu’ils prennent, restent aujourd’hui plus que jamais, à défendre ou à conquérir. Car ne l’oublions pas, comme l’a justement dit Emma Watson, Ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes : « Aucun pays dans le monde ne peut se prévaloir d’être parvenu à instaurer l’égalité entre les hommes et les femmes ».

 

Réalisateur : Maxime Chappet

Producteur : Corner Prod

Auteur : Sarah El Makhzoumi

Production : 2017

Diffusion : 2017

Recommandations