Nucléaire : à quoi servent les centrales ?

Publié le - Mis à jour le 21-04-2016

Il y a 5 ans, les côtes nord-est de Tokyo, au Japon ont été ravagées par un séisme et un tsunami. Des vagues de près de 30m de hauteur, allant jusqu’à 10km à l’intérieur des terres et touchant 600km de côtes sont à l’origine de près de 19 000 morts.

Cette catastrophe naturelle a provoqué une catastrophe nucléaire, un des plus graves de l’histoire. Le tsunami a, en effet, touché le réacteur nucléaire de Fukushima.

Mais qu’est-ce qu’un réacteur nucléaire ?

Un réacteur nucléaire est l’appareil qui permet la fission des noyaux d’atomes d’uranium.

Une centrale nucléaire produit de l’électricité grâce à la chaleur qui se dégage de la fission d’atomes d’uranium.

Même s’il existe plusieurs types de réacteurs nucléaires, le plus utilisé est celui à eau pressurisé. Dans ce cas, la centrale fonctionne avec trois circuits d’eau indépendants.

Dans le circuit primaire, l’uranium se trouve dans de gigantesques tubes métalliques qui sont plongés dans une cuve remplie d’eau. C’est le cœur du réacteur.

La fission des atomes d’uranium engendre de la chaleur, l’eau est alors à plus de 300 degrés. Cette eau produit de la vapeur qui fait ensuite tourner une turbine ; turbine faisant elle-même tourner un alternateur. C’est ensuite l’interaction entre les électroaimants du rotor, la partie mobile, et le cuivre du stator qui produit de l’électricité.

Mais ça fait longtemps que ça existe le nucléaire ?

A la fin du 19e siècle, en 1896, Henri Becquerel découvre la radioactivité naturelle. Par hasard. En effet, il stocke des sels d’uranium à côté de plaques photos. Quand il finit, quelques jours plus tard par développer ses plaques il y voit des empreintes. Il élimine vite l’influence du soleil et déduit que les traces viennent de l’uranium.

 Deux ans plus tard, Pierre et Marie Curie découvrent à quelques mois d’intervalle, deux éléments radioactifs supérieurs à l’uranium : le polonium puis le radium. En 1910, Marie Curie réussi à isoler l’uranium à l’état pur.

En 1919, Ernest Rutherford, réussit pour la 1re fois à transformer artificiellement un atome.

Au début de la seconde guerre mondiale, en 1939, le gendre de Pierre et Marie Curie, Frédéric Jolliot-Curie découvre la réaction en chaîne entraînée par la fission nucléaire. Au même moment, des scientifiques allemands font le lien entre le bombardement de neutrons et la fission de l’uranium.

La seconde guerre mondiale entraîne une véritable course au nucléaire. Les États-Unis et l’Allemagne travaillent tous les deux à la création d’une bombe atomique. Et à ce jeu, les États-Unis l’emportent. Le 16 juillet 1945 explose la 1re bombe atomique dans le désert du Nouveau-Mexique.

Les 6 et 9 août 1945, cette technologie sera utilisée sur Hiroshima et Nagasaki. Le nucléaire militaire est alors lancé. Pendant la guerre froide, de 1945 à 1991, il sera un enjeu majeur.

Il faut attendre 1954 pour que le nucléaire civil se déploie. L’URSS est le 1er pays à ouvrir une centrale nucléaire. Elle sera suivie par les pays d’Europe. En France, la 1re centrale ouvre à Chinon en 1963.

Des centrales poussent dans le monde entier, promettant énergie propre et électricité à bas prix. Mais l’accident nucléaire de Tchernobyl en 1986 et celui de Fukushima en 2011 ouvre une réflexion sur l’utilisation du nucléaire. Les débats sur la toxicité des déchets et la pollution de l’eau entraînent la remise en cause du « tout nucléaire ».

La France s’est engagée à réduire sa production nucléaire d’ici 2025. Quant à l’Allemagne, à la suite du drame de Fukushima, la chancelière Angela Merkel a annoncé une sortie progressive du nucléaire.

Pour comprendre pourquoi le nucléaire civil s’est imposé comme l’énergie dominante en France et comprendre les risques liés à celui-ci, regardez la vidéo de Decod’actu.

 

Recommandations