Fraude fiscale : ça veut dire quoi ?

Publié le - Mis à jour le 11-05-2016

Depuis la Révolution française, un principe est admis en France : l'impôt doit être consenti par les citoyens pour qu'il s'impose à eux.

Quelques élus du peuple ont pu chercher à s'y opposer, mais jamais suffisamment pour que l'impôt disparaisse…Pourtant, si une majorité de Français se soumet de plus ou moins bonne grâce au paiement, certains n'hésitent pas à frauder. Mais qu'est-ce que frauder fiscalement, exactement ?

En quelques mots, c'est échapper au paiement de l'impôt ou en réduire le montant par des moyens illégaux. L'une des techniques les plus courantes est d'ouvrir un compte bancaire à l'étranger sans le déclarer. C'est-à-dire sans révéler son existence aux services fiscaux. Les sommes déposées sur ce compte caché ne seront donc pas soumises à l’impôt dans son pays de résidence.

Cette fraude peut avoir des conséquences désastreuses... Vous avez sans doute entendu cette fameuse phrase : « On paie trop d’impôts en France !" Et pourtant l'impôt est essentiel car il permet de financer l’État, mais aussi les régions, les départements, les communes et les différentes structures qui y sont liées.

Exemple ? Pas de collège, pas de lycée sans impôt… Bon peut-être que l'idée peut paraître plaisante… mais pas non plus de routes pour se rendre à l'équitation, et pas non plus d'hôpital pour soigner cette vilaine blessure que vous vous êtes faite en tombant de cheval ! En sommes, les fraudeurs ne participent pas, comme les autres citoyens, au financement d'une société pour fonctionner correctement.

Et en France, en 2014, la fraude fiscale . était estimée entre 60 et 80 milliards d'euros.

Cette même année, le déficit de l’État, c'est à dire l'argent qu'il doit principalement aux banques, était de 85 milliards d'euros… soit presque le montant de la fraude. Récupérer ces 80 Milliards d'euros permettrait de renflouer presque 7 fois le fameux « trou » de la sécurité sociale… ou faire construire plus de 2000 piscines olympiques ! Que risque le fraudeur ? En plus d'une majoration de 80 % de ses impôts, le fraudeur risque jusqu'à deux millions d'euros d'amende et 7 ans d'emprisonnement. Un fraudeur averti en vaut deux !

Que risque-t-on en pratiquant cette fraude ? La réponse dans cette vidéo de Decod’actu.

 

Recommandations