Connectez-vous avec Google Connectez-vous avec Twitter Connectez-vous avec Facebook
   
 

Pas encore inscrit ? S'inscrire

FranceTvEducation
Derniers commentaires Adolescence : l'addiction aux jeux vidéo Pourquoi mettre une musique angoissante en fond sonore ? Politique mode d'emploi. La démocratie La démocratie se résumerait au droit de vote. Et ensuite ? La dyslexie : bilan orthophonique et neurologique Chouette reportage ! L'aide aux personnes dyslexiques passe aussi par la lecture
Derniers commentaires Se former en alternance bonjour, je suis actuellement titulaire d'un diplôme de niveau IV et j'ai 22 ans 10 conseils pour trouver un stage Bonjour, @charleston, il y a aussi des sites avec toutes les annonces des autre Cité orientée, des métiers qui nous ressemblent mouais
Dernières thématiques Elections municipales 2014 Les élections municipales se dérouleront les dimanches 23 et 30 mars 2014... La Première Guerre mondiale : 1914-1918 A l'occasion des cérémonies commémoratives de l'armistice du 11 novembre 1918, Lesite.tv... Les grands courants picturaux du 15ème siècle à aujourd'hui Lesite.tv propose de retracer, à travers une sélection pédagogique de vidéos, la...
Fermer
Partager sur Facebook Twitter Google+
(0 votes) 1 2 3 4 5
Mis à jour le 26/11/2012 à 04:10 | publié le 30/11/2005 à 04:59

Apprentissage de l'orthographe

L'orthographe et sa mémorisation demandent un apprentissage long et surtout de l'entraînement. Il faut par conséquent lire, écrire, apprendre par cœur… ce que les enfants font peu. De toute façon, ils pensent que du moment qu'on comprend ce qu'ils écrivent, peu importe comment, cela suffit. D'où une orthographe qui ressemble plus à de la phonétique qu'à du français. À l'image de celle d'Antoine qui, sur sa liste de matériel pour la rentrée de 6e, a écrit : « 2 caillier » – comprenez 2 cahiers…

Pourquoi un jeune ne mémorise-t-il pas les mots qu'il est pourtant amené à voir régulièrement ? Faute de les avoir écrits ? Par manque de concentration ? Parce qu'il ne juge pas l'orthographe essentielle ? À cause de l'école qui relâche la pression sur l'orthographe ? Parce que cela demande du temps que les enseignants n'ont plus ? L'exercice d'écriture est en effet contraignant : on ne peut pas rédiger sans faute si l'on ne se pose pas des questions à chaque phrase. L'orthographe exacte d'un mot, l'accord, le sens des propositions… tout compte. Il faut plonger dans sa mémoire (et mieux, dans un dictionnaire) pour se rappeler si tel mot prend 2 «r», si tel autre se termine par «ssion» ou «tion», si un verbe reste à l'infinitif.

On ne tire pas à pile ou face ! Et à force d'expérience, on se sent plus à l'aise car l'orthographe est mieux comprise. Mais tant que les mots ne sont pas connus, il faut travailler! Se concentrer demeure indispensable. En outre, suivant l'exercice, l'investissement n'est pas le même. Avec la rédaction en classe, ce sont les idées et la mise en forme qui priment. La récitation quant à elle demande un effort de mémorisation. En dictée, c'est l'orthographe et la grammaire qui sont importantes. S'ils ne pratiquent pas tous ces exercices très régulièrement et de façon suffisamment intensive, les élèves passent à côté de l'apprentissage de l’écrit. Les enfants ont beaucoup de mal à maîtriser la langue française et les professeurs s’en désolent. Les parents se disent souvent que ce sont pourtant ces derniers les mieux placés pour y remédier. Toutefois, ils n'ont pas les coudées franches : ils ont des programmes et surtout des méthodes d'enseignement qui sont imposés. Tout débute à l'IUFM et par la suite ils sont forcés de respecter les consignes s'ils ne veulent pas voir leur notation administrative chuter. C'est donc toute l'institution qu'il convient de bouleverser pour que l'apprentissage de la langue écrite redevienne une priorité. Et il n'est pas sûr qu'un seul ministre puisse y parvenir !

Partager sur Facebook Twitter Google+
(0 votes) 1 2 3 4 5

Réagissez à ce contenu